Une semaine chez toi, une semaine chez moi


 Articles
Le 1er janvier 2005 | |  108 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Une semaine chez toi, une semaine chez moi

Laurette Onkelinx, Ministre de la
Justice, a déposé en décembre
dernier un avant-projet de loi qui concerne la garde des enfants en cas de
divorce. La Ministre souhaiterait que la loi privilégie la garde alternée.
Une révolution ?

De plus en plus de mariages se terminent par une séparation ou un divorce.
On cesse de s’entendre. On se sépare. Et dans ce cas que deviennent
les enfants ? En effet, si on peut cesser d’être mari et femme,
on ne cesse pas pour autant d’être parent. On est parent pour la
vie. Partager la responsabilité parentale n’est pas facile quand
on ne s’entend plus avec son ex-conjoint. La question de la garde des
enfants est presque toujours un point de litige en cas de divorce.

La ministre
de la Justice veut fixer un cadre juridique, établir des
règles plus claires. Elle veut aussi privilégier la garde alternée.

Actuellement,
en cas de litige dans
un divorce, l’hébergement des enfants est réglé par le juge. Celui-ci décide seul,
au cas par cas. Il peut, en fonction de l’intérêt de l’enfant,
accorder la garde à l’un des parents, ou la partager entre les
deux parents. Mais le juge accorde presque toujours la garde de l’enfant à la
mère. Avec le nouveau projet de loi, les juges sont encouragés à privilégier,
chaque fois que c’est possible, la garde alternée, appelée
aussi hébergement égalitaire. Cela signifie que les enfants habitent à mi-temps
chez leur père et à mi-temps chez leur mère.

Garde alternée,
les pour...

La garde alternée se base sur l’idée évidente
qu’un
enfant a autant besoin de son père que de sa mère. Elle s’inscrit
dans le prolongement naturel de la loi de 1995 qui a instauré l’égalité au
niveau de l’autorité parentale.

La garde alternée permet
de prévenir certains problèmes
qui se posent en cas de divorce. Il crée une situation plus saine, des
rapports plus vrais avec les deux parents. Aujourd’hui, si une femme
obtient la garde de son enfant en bas âge, cela ne clôt pas le
débat... Quelques années plus tard, son ex-conjoint peut faire
appel. Il peut exploiter le moindre problème.

Les enfants ont tendance à idéaliser
le parent qu’ils voient
moins. « C’est ce qu’on appelle le papa-Walibi, chez qui
on fait les choses gaies, pas les devoirs, avec qui on va à la piscine,
chez qui on peut manger des pizzas et aller dormir à dix heures du soir »,
dit Nathalie Massager, chargée de cours à l’ULB et avocate
au barreau de Bruxelles.

La garde alternée respecte le principe d’égalité entre
père et mère. Elle permet de mettre en place une réelle
coresponsabilité parentale. Elle permet à l’enfant d’entretenir
des relations suivies avec chaque parent.

Et contre

Certains pensent que la garde alternée n’est pas souhaitable
dans tous les cas. Pour des questions pratiques ou matérielles : en cas
de domiciles éloignés notamment. Clotilde Nyssens, sénatrice
CDH, souligne aussi que cette formule coûte cher : double aménagement,
double garde-robe... Elle n’est accessible qu’aux familles les
plus aisées... Pour des questions psychologiques : les déménagements
peuvent perturber certains enfants.

L’hébergement partagé ne
convient pas à certaines
tranches d’âge, dit encore Clotilde Nyssens. « Cette observation,
que la plupart des psychologues partagent, concerne les 0-3 ans, qui ont besoin
de la présence de leur maman, mais aussi les adolescents, qui ressentent
souvent plus que d’autres le besoin de se fixer à un seul endroit. »
Le nouveau projet de loi tient compte de ces réticences. Même
si la garde alternée y est privilégiée, les juges gardent
la liberté de décider, au cas par cas, de la solution la meilleure,
en se basant sur des éléments tels que l’âge de l’enfant
et la situation des parents.

Marie Thomas


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

La langue française dans le monde
La langue française dans le monde
Le 23 mars 2017
Selon l’Organisation internationale de la Francophonie, il y a 274 millions de francophones dans...
La langue française est en fête
La langue française est en fête
Le 23 mars 2017
Du 18 au 26 mars, la langue française est en fête  ! A cette occasion, il y a beaucoup d’activités...
La France divisée
La France divisée
Le 19 mai 2017
Après un processus électoral qui a duré des mois, la France a un nouveau Président : Emmanuel...
Tableau noir et vie en rose
Tableau noir et vie en rose
Le 12 septembre 2016
On dit d’une personne qu’elle est analphabète quand elle ne peut ni lire ni écrire en le comprenant...

Vos commentaires

  • brici

    Le 6 avril à 12:48

    Apres deux ans de garde partagee, je suis bien convencu que bien sure le system marche, mais seulement pour le papas. Mon fils a vecu avec sa valise toujours faite et il m’a souvent dit, a toute raison, qu’il se sentait ’comme une valise’, emmenee par les deux parents comme s’il n’etait pas un etre humain.
    Le system est bien plus cher que la garde a une personne et il entamme des problems serieux pour le pauvre enfant : problems de sommeil, le constant ne savoir pas ou ce sont ses choses, impossibilitè des activites de sport, d’amitie et ludique du moment qu’il n’y a pas une continuite dans sa vie privee et social.
    c’est bien bizarre que, dans un methode qui se suppose plus protectif de l’enfant, l’enfant meme n’est pas de tout consulte et considere comme personne.

    Répondre à ce message

  • fannou

    Le 29 novembre 2014 à 19:58

    Bonjour petite question comment sa ce passe quand ont à fait la connerie d’accepter de mettre son enfant plus près du domicile du père a l’école tout sa pcq lui faire les trajets c’était hors de questions tout en sachant que moi je n’es pas de véhicule et que j’habite à pironchamps et lui a trazegnies je précise que le domicile de mon fils est chez moi et non chez lui merci

    Répondre à ce message

  • franoise

    Le 1er septembre 2011 à 21:27

    mon enfant et difisile il la 17 ans je souvret bocou de puis que sons peret ma quiter de pui je ne sai plus cois fere ede moi ou je peux me rensenier

    Répondre à ce message

  • sofia

    Le 26 avril 2011 à 21:20

    bonsoir, mon probleme est que je me suis séparé de mon conjoint (2 ans) car il devenait insupportable dans tt le sens du terme. nous avions une maison en commun et il la fait le rachat de la maison. bref nous avons 1 enfant adolescent. nous avons été devant notaire pour regler tt les détails question maison et aussi pour les jours de garde pour l’enfant on avait convenu les jours avec le notaire qui a prit bonne note. mais maintenant une fois quitté le notaire et chacun cher soi il n’a plus voulu me donner l’enfant, jai été bien triste au point de perdre mes cheveux par plaque car mon enfant me manquait.et il me menace de dire que si j’ai l’enfant 1 semaine sur 2 de demander la pension alimentaire de 2 ans en arrière, hors devant notaire il n’a pas fait mention devant notaire. est-ce qu"il peut la réclamer même si nous n’avons pas acté devant notaire. merci pour vos réponses.

    Répondre à ce message

  • fred

    Le 19 novembre 2010 à 11:42

    Ah oui encore une chose concernant ces espaces rencontres. Au début c’était avec soulagement que j’ai accepté que la maman voit mes enfants dans ce centre. Aujourd’hui ces centres m’on décu dans le sens ou mes enfants ne sont pas écoutés, ne sont pas accompagné ni suivi. Je leur apporte mes enfants , ils les prennent en charge pour les déposer pret de leurs maman , puis plus rien jusqu’au moment ou je viens les rechercher. Quand mes enfants se plaignent qu’ils ont étais insultés au centre de maniére trés discréte par leur maman, ou que leur maman durant presque toutes la visite a ces écouteurs sur ses oreilles, on ne les écoutent pas ou alors ont leurs dit que ce n’est pas grave.Quand ce centre doit rendre une conclussion au juge avant une audience, pour savoir si il serait bon de continuer ou pas, toute ces anomalie ne sont pas mentionner sur la lettre. Sincérement sa peux être bon quand un enfant veux rencontrer l’autre parent, mais dans le cas contraire ce centre est un calvaire pour ceux qui ne veulent plus s’y rendre.On dit qu’avec le temps les enfants changent de positions, ici cela fait 5 mois que mes enfants doivent s’y rendre, ce qui correspond a + - 13 rencontres et psychologiquement ils sont mal quand t’il doivent s’y rendrent. Et sur ces 13 rencontres, 4 a déja était annulé par leur maman ???

    Répondre à ce message

  • fred

    Le 19 novembre 2010 à 11:28

    Bonjour,

    le centre d’intêret ici est bien l’enfant, moi je suis pour que les enfants ont leur mots a dire. Il s’agit quand même de leur avenir qui se joue, c’est bien d’entendre papa et maman, mais les enfants qu’ont ils le droit ???? Si un enfant souhaite aller chez un ou chez l’autre ou chez les deux, c’est qu’il y a une raison. On entend souvent dire " oui mais le parent qui en a la garde a peut etre éffectué un bourrage de crâne" souvent entendu par le parents non hebergent. Moi j’ai la garde de mes enfants et je peux vous le jurer je n’est pas besoin de faire ce bourrage de crane, leur maman n’arrete pas de les insulter, de les menacer de leur mettre une danse quand t’elle sera seule avec eux, dans ce contexte mes enfants ont vite fait leur choix...Qu’ils soient vu par le centre pms ou par un psy, ou lors d’une enquête sociale ils restent sur leurs position a chaque fois. Je peux vous assurer , peut importe la personne je défie quiqonque d’essayer de bourrer le crane a mes enfants contre moi, sa ne marchera jamais , tout simplement parce qu’ils ont confiance en moi, ils se sentent bien et protéger dans un climat calme, sans jamais recevoir de fessée ( a quoi sa sert d’ailleurs ???) alors laisser aux enfants quelques soit leurs age au moins le droit d’être écouter , entendu, puis c’est au juges de trancher, mais s’il vous plais considérons les comme des êtres humains et non come des choses. frederic

    Répondre à ce message

  • Natacha

    Le 11 septembre 2009 à 19:01

    Je suis en instance de divorce, et j’ai un petit garçon de 2 ans. Je me suis séparé de mon mari parce qu’il buvait et était violent (j’ai porté plainte auprés de la gendarmerie et il a été jugé : un moins d’emprisonnement avec surcis). J’ai rencontré quelqu’un il y a un mois alors que nous sommes séparé depuis cinq mois, et il me menace de sortir des preuves de mon adultère devant le juge lors de la conciliation. Mon adultère peut-il jouer sur la garde de mon fils, à savoir que je refuse l’hébergement et ne donne droit qu’à une visite tous les quinze jours dans un lieu neutre ?

    Répondre à ce message

  • Loulou

    Le 15 novembre 2008 à 11:58

    je suis divorcée et je partage la garde alternée de ma fille de 16 ans. Son père vit avec une autre femme qui s’est empressée de se faire faire un enfant. Cela n’a jamais été très bien car cette femme ne supporte pas ma fille depuis le début. Elle domine mon ex mari qui ne dit rien. Elle ne fait rien, ni à manger ni nettoyer ni les courses. Il n’y a qu’elle et son fils. Ma fille n’en peut plus et ne veut plus voir cette femme. Elle se plaint auprès de son père qui, lui, prend toujours la défense de cette femme.Quelqu’un pourrait-il me dire si elle a le droit de choisir chez qui elle veut vivre et ce que je dois faire, je suis perdue. Merci

    Répondre à ce message

  • Maeva

    Le 3 novembre 2008 à 12:56

    Je suis séparée du père de mes deux filles, 2 ans et 9 mois depuis un an. je l’ai quittée suite à des coups et blessures qu’il m’a donné lorsque j’étais enceinte de 7 mois !!! Quand nous sommes passés devant le juge il a eut le culot de demander une garde alternée pour la plus grande la deuxième n’était pas encore né et heureusement la juge a refusée à ce moment là.Il m’a battue violement devant elle et elle s’en souvient encore. Je fais tous pour mes filles et consacre tout pour elles, je m’occupe d’elle et travaille aussi, je vous passe les détails... Aujourd’hui malgré tout ce qu’il m’a fait subir je lui propose un consentement mutuel pour le divorce et il refus, ce qui signifie que j’introduis une procédure pour cause de désunion irrémédiable, les honoraires d’avocats vont par conséquent me coûter le double juste parcequ’il m’en veut de demander le divorce !! Bref je vis un calvaire et la peur au ventre car le connaissant il va à nouveau demander la garde alternée, il voit la plus grande un samedi sur deux la deuxième ne l’intérresse même pas !!Mes filles sont encore des bébé et ont besoins de sécurité, avec lui elles ne le seront pas, je le connais bien hélas !
    La seule chose qui le motive pour la garde alternée c’est de ne pas me payer de contribution alimentaire et ça ça me dégoûte, deux petites demandent bcp de frais, elles sont toutes les deux en crèches quand je travaille et la liste quant aux frais est longues mais je trouve ça normal que tout ce que nous avons devrait être pour eux, moi je ne compte pas quand il s’agit de mes flles. J’espère grâce au Seigneur qu’elles resteront près de moi mais c’est le juge de la jeunesse qui décidera de notre sort sans nous connaître... Maeva

    Répondre à ce message

  • Gaëlle

    Le 30 octobre 2008 à 09:18

    Bonjour à tous,

    Mon compagnon a décidé de me quitter parce qu’il n’est pas heureux. Nous avons deux bébés de 20 et 8 mois et il veut la garde partagée alors qu’il est responsable de production et rentre en moyenne à 21h30 tous les soirs, je pense qu’il aime ses enfants mais de là à vouloir la garde partagée...il ne leur a jamais donné un bain !!!!
    Existe t’il déjà une loi qui interdit la garde alternée avant un certain age ? Si non, la nouvelle loi va t’elle intégrer cet aspect là ? Je ne pourrai pas dormir tranquille si la garde alternée lui est octroyée, surtout si c’est une baby-sitter qui s’occupe d’eux alors que moi, leur mère,j’aurais tellement de bonheur à le faire moi-même !

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de