Le non-marchand, pas le marché


 Articles
Le 17 septembre 2018 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

En Wallonie, le ministre Pierre-Yves Jeholet et le gouvernement veulent changer le système des aides au secteur non-marchand. Pour les patrons et travailleurs du secteur, cette réforme menace des milliers d’emplois et des services à la population. Le secteur non-marchand rend des services gratuits ou presque à la population, souvent aux personnes les moins favorisées. Depuis des années, ce secteur et ces services sont menacés.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le non-marchand, ce sont les crèches et garderies, maisons de repos, écoles, clubs sportifs, hôpitaux, bibliothèques, communes, CPAS CPAS Centre public d’action sociale et provinces, centres de formation, associations culturelles, etc. Le non-marchand rend de nombreux services à la population. Cela se fait grâce aux services publics (communes, provinces, par exemple) et grâce aux services « privés », qui ne font pas de bénéfices (ASBL ASBL Association sans but lucratif, qui ne fait pas de bénéfices , par exemple). Ces services à la population sont gratuits ou presque. Pour qu’ils existent, il faut donc des subsides et des aides publiques.

Des services à la population

En Wallonie, le ministre Pierre-Yves Jeholet et le gouvernement veulent changer le système des aides publiques qui soutiennent l’emploi dans le secteur non-marchand. Ces aides concernent 60 000 travailleurs en Wallonie. Elles servent à payer la moitié de leur salaire. On appelle cela les aides à la promotion de l’emploi, APE en abrégé. Ces aides sont donc très importantes pour les travailleurs, mais aussi pour leurs employeurs, leurs patrons. Car les employeurs du secteur non-marchand gèrent des services publics et des services privés qui ne font pas de bénéfices. Ils rendent avant tout service à la population. Ils ont donc besoin de subsides de l’Etat, ici de la Région wallonne.

Un financement compliqué et insuffisant

On comprend donc que les syndicats et les associations des patrons du non-marchand soient très attentifs à tout changement dans ces aides. Et pour les syndicats et employeurs du non-marchand, la réforme prévue par le gouvernement va diminuer les subsides. Cela veut dire des pertes d’emplois, moins de services à la population et des services plus chers. Pour le ministre, il s’agit de simplifier le système et de le rendre plus clair. Pour les syndicats et les patrons, le ministre et le gouvernement veulent dépenser moins pour le non-marchand.

Le ministre a raison : le système des aides APE est compliqué. Mais pourquoi ? Parce que depuis des années, les pouvoirs publics ne financent plus assez les services du secteur non-marchand. Comme on ne peut pas complètement supprimer ces services très utiles à la population, les pouvoirs publics bricolent souvent des systèmes d’aide financière compliqués et insuffisants. Les associations du non-marchand ne peuvent donc pas maintenir à 100 % les services à leur public, encore moins les développer.

Le non-marchand n’est pas une marchandise

Depuis des années en effet, c’est une logique marchande qui s’impose à tous les niveaux de la société. Qu’est-ce qu’une logique marchande ? C’est une logique économique de concurrence concurrence compétition entre entreprises pour être le plus rentable et gagner des marchés qui répond aux besoins de la population à condition que cela rapporte des bénéfices. Le secteur non-marchand répond aux besoins de la population sans faire de bénéfices. Ce secteur ne date pas d’hier.
Historiquement, les mouvements ouvriers ont développé leurs propres structures d’aide et de service à celles et ceux qui n’étaient pas les riches, les privilégiés de la société. Au fil du temps, ces structures non-marchandes se sont professionnalisées. Au fil du temps, les pouvoirs publics ont aidé financièrement ces structures. En Wallonie, ces structures sont nombreuses, portées par les courants d’inspiration socialiste et chrétienne, entre autres.

JPEG - 715.5 ko
Il y a déjà bien longtemps que le non marchand réclame des moyens suffisants

Une histoire de citoyenneté citoyenneté Façon de défendre ses droits tout en respectant ses devoirs et en se souciant de l’intérêt de tous. Manière de participer à la vie sociale et démocratique, de participer aux décisions de la vie publique.

Un exemple ? La FUNOC FUNOC Formation pour l’université ouverte de Charleroi . En 1977, quelques hommes et quelques femmes soutenus par le syndicat socialiste FGTB FGTB Abréviation de Fédération Générale des Travailleurs de Belgique. Sa couleur : le rouge. et le Mouvement ouvrier chrétien ont créé un centre de formation. Petit à petit, les pouvoirs publics ont financé la FUNOC. La FUNOC forme des adultes dits « peu qualifiés » pour qu’ils se réinsèrent dans la vie professionnelle, pour qu’ils défendent leurs droits, pour qu’ils participent plus et mieux à la vie sociale. Les travailleurs et travailleuses de la FUNOC, comme les autres du non-marchand, sont des "fantassins fantassins soldats combattant à pied sur le champ de bataille du social" comme disait le sociologue Pierre Bourdieu. Autrement dit, ils occupent le terrain social et se battent en première ligne pour répondre aux besoins des moins privilégiés.

En Wallonie, ils sont 60 000 dans ce secteur, armés de leur formation, de leur conscience professionnelle, de leur souci de développer la solidarité et de participer à plus d’égalité dans la société. Dans leur bataille citoyenne, ils ont besoin des aides financières publiques. Les responsables politiques et les gouvernants aiment parler de la citoyenneté. Les travailleurs et les travailleuses du secteur non-marchand s’engagent tous les jours pour que la citoyenneté devienne une réalité pour les personnes les plus précarisées précarisées fragilisées, qui vivent dans des conditions difficiles , celles qui en ont le plus besoin. Les responsables politiques et les gouvernants ne devraient pas l’oublier.


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, défendre les droits humains aujourd’hui, c’est

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de