Louise

Gérard Berliner

 Cahiers  La moitié du ciel ?
Le 23 juin 2017 | Mise en ligne : Lydia Magnoni

Les droits des femmes, c’est un combat toujours à mener. Droit de vote, droit à la contraception, droit de disposer de son corps... Tout ça ne date que d’avant-hier. en Europe. Au moment où le droit à l’IVG est remis en cause, la chanson Louise de Gérard Berliner nous rappelle avec émotion le quotidien de ces femmes sans droits...


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Mais qui a soulagé sa peine
Porté son bois porté les seaux
Offert une écharpe de laine
Le jour de la foire aux chevaux

Et qui a pris soin de son âme
Et l’a bercée dedans son lit
Qui l’a traitée comme une femme
Au moins une fois dans sa vie

Le bois que portait Louise
C’est le Bon Dieu qui le portait
Le froid dont souffrait Louise
C’est le Bon Dieu qui le souffrait

Ce n’était qu’un homme des équipes
Du chantier des chemins de fer
À l’heure laissée aux domestiques
Elle le rejoignait près des barrières

Me voudras-tu moi qui sais coudre
Signer mon nom et puis compter,
L’homme à sa taille sur la route
Passait son bras, la promenait

L’amour qui tenait Louise
C’est le Bon Dieu qui le tenait
Le regard bleu sur Louise
C’est le Bon Dieu qui l’éclairait

Ils sont partis vaille que vaille
Mourir quatre ans dans les tranchées.
Et l’on raconte leurs batailles
Dans le salon après le thé

Les lettres qu’attendait Louise
C’est le Bon Dieu qui les portait
La guerre qui séparait Louise
C’est le Bon Dieu qui la voyait

Un soir d’hiver sous la charpente
Dans son lit cage elle a tué
L’amour tout au fond de son ventre
Par une aiguille à tricoter

Si je vous garde Louise en place
C’est en cuisine pas devant moi
Ma fille prie très fort pour que s’efface
Ce que l’curé m’a appris là

Et la honte que cachait Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a cachée
Le soldat qu’attendait Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a vu tomber

Y a cinquante ans c’était en France
Dans un village de l’Allier
On n’accordait pas d’importance
A une servante sans fiancé

Le deuil qu’a porté Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a porté
La vie qu’a travaillé Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a aidée


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Aux pavés de ma ville, Adieu
Aux pavés de ma ville, Adieu
Le 9 mars 2017
Aux pavés de ma ville, Adieu Je vous laisse mon gobelet de clicailles Je vous laisse mes...
Des violences toujours à combattre
Des violences toujours à combattre
Le 8 juin 2017
Dans l’Union européenne, on parle beaucoup de diminuer les violences faites aux femmes parce...
Femmes invisibles, femmes debout
Femmes invisibles, femmes debout
Le 9 mars 2017
Le 8 mars, c’est la journée internationale des droits des femmes. De toutes les femmes, même les...
Inégalités sur le pavé
Inégalités sur le pavé
Le 20 juin 2017
On n’y pense pas mais nos rues et nos places sont conçues par et pour les hommes. Elles portent...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de