Mai 68 : la place des femmes


 Cahiers  Mai, mai Paris Mai
Le 22 juin 2018 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Céline Teret

Le mouvement de mai 68 a-t-il permis aux femmes de faire avancer leurs droits ? Pas tant que ça… Mais il a ouvert la porte à la libération des femmes. Et ça, ce n’est pas rien.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

PNG - 456.9 ko

Le mouvement de mai 68 a réuni des étudiants et des travailleurs dans les rues. Hommes et femmes. Mais toutes et tous n’avaient pas les mêmes rôles. La plupart des leaders étaient des hommes. Les femmes étaient présentes, mais elles prenaient très peu de décisions stratégiques. Et on leur donnait rarement la parole en public.

Une société patriarcale

Pour mieux comprendre cela, il faut remettre les choses dans leur contexte. A l’époque, on vivait dans une société beaucoup plus patriarcale qu’aujourd’hui. Les hommes avaient beaucoup plus de pouvoir et de droits que les femmes. Les rôles étaient très stéréotypés. L’homme avait un travail. Il gérait les finances de la famille. Il avait une vie sociale en dehors de la maison. La femme restait au foyer. Elle s’occupait des enfants, des repas, du ménage. Peu de femmes travaillaient. Peu de femmes avaient leur propre compte en banque. Une femme qui portait un pantalon ou buvait un verre dans un bar était mal vue. Beaucoup d’interdits empêchaient les femmes de vivre. La place des femmes était à la maison.

le rôle des femmes en 68

Quand mai 68 a éclaté, des femmes participaient à ces manifestations. Elles participaient au mouvement social qui s’organisait. Les étudiantes descendaient dans la rue aux côtés des étudiants. Ou sur leurs épaules, comme le voit sur beaucoup de photos de l’époque. Les ouvrières ont fait grève elles aussi, comme les ouvriers. Mais la plupart du temps, les discours devant la foule ou dans les amphithéâtres, les hommes s’en chargeaient.
« Personne n’a pensé à donner un rôle aux femmes et elles ne l’ont pas vraiment réclamé, elles ont suivi les hommes par tradition », explique Jacqueline Feldman, chercheuse française et militante en mai 68" (1).

Une autre militante de l’époque, aujourd’hui spécialiste de l’histoire des femmes, Marie-Jo Bonnet, explique aussi : « Les femmes ont joué les seconds rôles. Elles servaient le café, tapaient les tracts à la machine"… » L’historienne Florence Montreynaud va dans le même sens : «  Les mecs paradaient à la tribune, les filles passaient les micros. Les mecs avaient faim, les femmes apportaient les sandwichs… Les femmes à l’époque n’avaient pas le pouvoir de la parole publique. »
Pourtant, les femmes avaient elles aussi des choses à revendiquer revendiquer réclamer avec force, réclamer comme un droit , des choses qui les touchaient plus que les hommes : l’accès au travail, l’égalité de salaire, le droit à l’avortement… Les rares femmes qui ont essayé de revendiquer ces droits à l’époque de mai 68 n’ont pas été entendues.

Libération sexuelle ?

Mai 68 est souvent associé à la « liberté sexuelle ». Remettons à nouveau les choses dans leur contexte. A l’époque, le sexe était tabou. Les amoureux ne pouvaient pas flirter en rue. Jusqu’en 1967, la pilule contraceptive était interdite. Il était moralement interdit d’avoir des relations sexuelles avant le mariage. Un garçon et une fille qui étudiaient à l’université (donc âgés de plus de 18 ans !) ne pouvaient pas se retrouver dans les dortoirs pour passer un moment d’intimité à deux. Face à cette société très autoritaire et moralisatrice, les étudiants de mai 68 en ont eu assez. Parmi leurs revendications, il y avait la volonté d’ouvrir les dortoirs des filles aux garçons.
Le mouvement social de mai 68 a donc permis d’aborder des sujets tabous tabous choses dont il est interdit de parler , de bousculer les traditions, de rompre avec les interdits. Mais la place de la femme dans cette « liberté sexuelle » est arrivée par la suite, avec la naissance des mouvements féministes. Ces mouvements étaient déjà bien actifs dans d’autres pays, comme aux Etats-Unis dans les années 60.

Vers une libération des femmes

Mai 68 n’a donc pas « libéré » les femmes. Mais cette période a été permis d’ouvrir la route pour la suite. Il faudra encore attendre 1970 pour que naisse, en France, le Mouvement de Libération des Femmes (MLF). Ce mouvement revendique plus d’égalité entre hommes et femmes et plus de droits pour les femmes. La liberté sexuelle des femmes y est aussi défendue. Les femmes doivent être libres de décider elles-mêmes ce qu’elles veulent faire (ou ne pas faire) de leur corps.
A partir des années 70, plusieurs lois seront votées et permettront aux femmes d’avoir plus de droits : droit à l’avortement, égalité des époux…
La grogne des femmes ne s’est peut-être pas entendue dans les rues de Paris en mai 68, mais elle s’est fait entendre après. Et elle se poursuit encore aujourd’hui, avec des mouvements comme Metoo (lien vers article metoo ?).

Quelques liens pour aller plus loin

Mai 68 : où étaient les femmes ?

Des femmes dans les rues mais privées de parole

Mai 68, une révolution machiste


Auteur : Céline Teret
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Paris-Mai
Paris-Mai
Le 14 mai 2018
Mai mai mai Paris mai Mai mai mai Paris Le casque des pavés ne bouge plus d’un cil La Seine de...
"Autre chose que l’usine après l’école"
Le 21 juin 2018
Les événements de Mai 68 ont changé la vie de beaucoup de gens. Mai 68 leur a ouvert un monde....
Reprise du travail à l’usine Wonder
Reprise du travail à l’usine Wonder
Le 9 juin 2018
Le 10 juin 1968, les jeunes cinéastes Jacques Willemont et Pierre Bonneau filment la reprise du...
Le Mai 68 des Présidents
Le Mai 68 des Présidents
Le 20 novembre 2017
Ce que l’on appelle « Mai 68 » est un grand mouvement de grèves et de manifestations d’étudiants et...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de