Après la grève, le front commun


Le 10 février 2021 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven
|  1 messages

La grève de 60-61 a montré les divisions de la société belge de l'époque, la division et les désaccords entre les syndicats aussi. Mais la grève de 60-61, c'est avant tout un mouvement de la base, un mouvement populaire qui va avoir des effets positifs. Par exemple, les syndicats vont prendre l'habitude d'essayer de s'unir pour des actions importantes. C'est ce qu'on appelle le front commun.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

La grève de 60-61 contre la loi unique, une loi d’austérité austérité le fait de baisser les dépenses de l’Etat, les dépenses sociales, de limiter les salaires , a montré les divisions de la société belge de l’époque. Division entre les partis politiques et les syndicats. Division entre les différents syndicats eux-mêmes. Division entre les régions du pays.

La grève de 60-61, ce n’est pas que ça. Malgré les divisions, la grève de 60-61 est un mouvement de la base, un mouvement populaire qui a souvent uni plutôt que divisé.
Cela a des conséquences encore aujourd’hui sur la façon dont les gens se battent. Pour en témoigner, lisons Jean Verjans [1]. En 1960, Jan Verjans était secrétaire pour la région de Liège du Mouvement ouvrier chrétien et militant syndical CSC CSC Confédération des Syndicats Chrétiens, plutôt chrétien. Sa couleur : le vert. .

« La loi unique punissait encore une fois ceux qui ont le moins. »

« Ce plan d’austérité était une pilule impossible à avaler. Il était question de pertes d’emplois et de salaires. Après avoir subi deux guerres, la population avait peur de se retrouver une fois de plus dans le désarroi. Cette loi était peut-être nécessaire mais elle punissait encore une fois ceux qui ont le moins. »

Sur la prudence du syndicat CSC qui s’est tenu à l’écart du mouvement de grève de la FGTB FGTB Abréviation de Fédération Générale des Travailleurs de Belgique. Sa couleur : le rouge. dirigé par le syndicaliste André Renard, il dit :
« Le MOC et la CSC comprenaient et approuvaient les idées de Renard mais voulaient embrayer avec plus de précautions. J’ai assisté à l’assemblée générale de la CSC du 26 décembre 1960 et à l’annonce que le syndicat chrétien n’était pas prêt à faire la grève générale, notamment à cause de son caractère révolutionnaire. »

« C’était scandaleux »

A la base, beaucoup de travailleurs chrétiens ont quand même suivi le mouvement de grève. Et un cardinal, le cardinal Van Roey, a appelé les travailleurs chrétiens à arrêter la grève. A ce propos, Jean Verjans dit :
 « C’est un discours qui est très mal passé chez les militants militants personnes qui s’engagent et qui agissent pour défendre une idée, une cause. comme chez les dirigeants de la CSC. C’était scandaleux, un mépris total de la situation réelle des gens. Le dirigeant de la CSC lui-même a déclaré à la radio : “Monseigneur, occupez-vous de l’Eglise et laissez-moi m’occuper du syndicat”. Depuis, jamais plus un évêque n’est intervenu dans les affaires publiques et sociales du pays. »

« Les premières actions syndicales en front commun ont vu le jour. »

Sur ce qu’a apporté la grève, il dit :
Cela a permis de lancer l’idée de réformer les structures, du fédéralisme. La grève a permis également de jeter les bases d’un Mouvement populaire wallon. C’est aussi au lendemain de la grève que les premières actions syndicales en front commun ont vu le jour, avec un respect mutuel nouveau. Auparavant, la FGTB et la CSC étaient en dure concurrence concurrence compétition entre entreprises pour être le plus rentable et gagner des marchés . D’un point de vue idéologique, cela a aussi déclenché une certaine liberté de pensée au sein des syndicats, une conception conception manière particulière de penser quelque chose ; par exemple, un concept juridique est une manière de penser la justice. syndicale indépendante des partis politiques et des croyances religieuses.


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de