Attention à la marge !


Le 22 septembre 2021 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

En Belgique, patrons et syndicats négocient les salaires et les droits sociaux des travailleurs. Le système a plutôt bien marché pendant 30 ans. Depuis les années 1980, ça marche moins bien. On n’augmente plus beaucoup les salaires pour que nos entreprises soient compétitives. Et depuis 1996, une loi impose impose la marge salariale. C'est-à-dire l'augmentation maximum possible des salaires. Pour 2021 et 2022, la marge salariale est de 0,4%. C'est une loi qui ne plaît pas aux syndicats.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

En Belgique depuis 1996, une loi empêche les syndicats de négocier vraiment avec les patrons des augmentations de salaire des travailleurs et des travailleuses. Les syndicats sont donc pour que la loi change, mais c’est compliqué. Essayons de faire simple.
Une personne qui doit vendre sa force de travail pour vivre, qu’elle aît un emploi ou pas, a différents droits sociaux. Que l’on soit ouvrier ou employé, on a un salaire quand on travaille. Sans travail, on peut toucher une indemnité de chômage. Et tous et toutes reçoivent en cas de maladie un remboursement des soins de santé ou une indemnité maladie. À l’âge de la retraite, une pension. Au total, la sécurité sociale couvre 7 domaines de la vie [*].

Partage de richesse

Ces assurances sociales ne sont pas tombées du ciel. Il y a eu des luttes ouvrières pendant plus de 100 ans, car c’est seulement après la guerre 40-45 qu’il y a eu ce système d’assurances sociales. À l’époque, les travailleurs ont pu imposer aux patrons un certain partage de la richesse économique. Pour faire ce partage, on a mis en place une négociation collective entre travailleurs et patrons. On y discute de la sécurité sociale et des salaires, car l’un ne va pas sans l’autre.

Qu’est-ce qu’il y a dans un salaire ?

Dans un salaire, il y a le salaire direct et indirect. C’est ce que l’on appelle le salaire brut. Dans un salaire, il y a l’argent que reçoit directement le travailleur. On l’appelle salaire net ou encore salaire "poche". Il y a aussi de l’argent que le travailleur ne reçoit pas directement. C’est un salaire indirect ou en encore salaire "socialisé". C’est un salaire, car il s’agit bien d’argent pour payer le travailleur. C’est un salaire socialisé, car l’argent sert à satisfaire les besoins sociaux de l’ensemble des travailleurs et de la collectivité. Cet argent, ce sont les cotisations sociales payées par le travailleur et le patron, l’employeur. Il va dans les caisses de la sécurité sociale pour financer, entre autres, les soins de santé, la pension, le chômage.

Compétitivité

Le système a assez bien marché jusqu’à la grande crise économique des années 1970. À partir des années 1970 et surtout à partir des années 1980, on parle de compétitivité. La compétitivité ? C’est un mot fort utilisé dans le débat économique et social depuis presque 40 ans avec l’ouverture des marchés économiques et la mondialisation. Nos entreprises doivent être compétitives. C’est-à-dire qu’elles doivent pouvoir vendre leurs marchandises sur le marché économique malgré la concurrence concurrence compétition entre entreprises pour être le plus rentable et gagner des marchés d’entreprises d’autres pays.

Les "charges" sociales

Pour être compétitif, on se dit que le plus simple est de diminuer les coûts de production. Comme dans les coûts de production, il y a les salaires, on diminue les salaires. Mais pour que ça se voie moins, on diminue le salaire indirect. On commence à appeler les cotisations sociales des "charges" sociales. Et on allège les charges surtout pour les patrons : ils paient moins de cotisations sociales. L’idée qui domine alors est : on diminue les charges aujourd’hui. Et comme ça, demain, il y aura des investissements qui créeront des emplois ,après-demain. Bon, ça n’a pas très bien marché.

L’index

Il faut donc faire autre chose surtout qu’en Belgique, les salaires bruts augmentent automatiquement de 2 % quand on voit que les prix augmentent de 2 %. C’est ce que l’on appelle l’indexation automatique. Quand il y a indexation, les salaires coûtent plus cher. Et pour les patrons : comment être compétitifs avec cette indexation ?

La marge marge Écart accordé ou toléré par rapport à une limite, à une mesure.

On garde l’indexation, mais on a inventé en 1996 un système compliqué. C’est la loi pour « la promotion de l’emploi et la sauvegarde préventive de la compétitivité. » Depuis cette loi, le gouvernement fixe à l’avance l’augmentation maximum possible des salaires. C’est la marge ou la norme norme nombre qui donne la mesure règlementaire salariale. Elle est calculée pour que les entreprises belges soient compétitives comparées aux entreprises des 3 pays voisins : l’Allemagne, la France et les Pays-Bas.

Plus de liberté

Les travailleurs et les patrons ne peuvent pas négocier une augmentation de salaire supérieure à la norme salariale. Pour 2021 et 2022, la norme est de 0,4 % d’augmentation du salaire brut. Cela arrange les patrons, cela n’arrange pas les travailleurs et leurs syndicats. Ces syndicats réclament d’ailleurs que cette loi soit moins stricte pour pouvoir négocier plus librement les salaires.

Lire aussi notre article : 0,4%, une norme normale ?


L’indexation des salaires

En Belgique, il y a un système particulier : l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales. Comment ça marche ? Au ministère de l’économie, on évalue l’évolution des prix des marchandises et des services. C’est l’indice des prix à la consommation appelé aussi « index ». Quand on voit que les prix augmentent de 2%, que l’index donc est de 2%, on augmente les salaires et les allocations sociales de 2%. C’est une indexation automatique.
L’index est un calcul compliqué et l’indexation n’est pas parfaite, mais cela permet de garder un certain pouvoir d’achat. Quand iI y a une indexation automatique, les salaires augmentent, ils coûtent donc plus cher. Les patrons et le gouvernement remettent parfois en question l’indexation des salaires. La loi de 1996 sur la marge salariale était d’ailleurs une manière de "calmer" certains patrons qui demandaient la suppression de l’indexation des salaires.


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir


[*pensions ; chômage ; soins de santé ; allocations familiales ; assurance accidents du travail ; assurance maladie professionnelle ; vacances annuelles.

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de