Avec le confinement, l’homme plus violent


Depuis le confinement confinement enfermement dans un certain espace , les violences des hommes contre leur compagne augmentent : 30% de violences en plus qu’en période habituelle. Les associations qui aident les femmes battues et les pouvoirs publics pouvoirs publics L’Etat, le gouvernement, les administrations essaient de répondre à cette situation nouvelle.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Avec le confinement confinement enfermement dans un certain espace , l’homme déjà violent avec sa compagne, a tendance à l’être encore plus. Ceux qui n’en étaient pas encore à donner des coups passent plus facilement à l’acte. Les femmes confinées chez elles avec un compagnon violent sont donc encore moins en sécurité. Les violences conjugales augmentent dans tous les pays depuis le confinement. C’est par exemple, le cas en Chine, en Italie, en France, en Belgique.

En période normale, l’homme sort travailler, la femme va chercher les enfants à l’école, elle fait les courses, elle va voir sa famille. Ce sont des petits espaces de liberté qui lui permettaient de souffler et d’échapper un moment à la violence du conjoint. En plus, on constate que l’homme violent a tendance à moins respecter les consignes de confinement.
Les associations qui aident les femmes battues le disent, ces femmes ont peur encore plus peur que d’habitude. Et que leur arriverait-il si elles avaient besoin de soins après les coups du conjoint ? Les services de santé et les médecins sont débordés.
Il n’y a pas que les violences physiques. Il y a aussi des violences psychologiques qui augmentent en période de confinement. Ainsi quand le couple est séparé et qu’il y a garde alternée des enfants, certains hommes refusent de dire à la mère, plus inquiète forcément que d’habitude, comment se portent les enfants.
Plus que jamais donc en cette période de confinement, les associations d’aide aux femmes battues demandent à l’entourage et au voisinage de femmes victimes de violences masculines de ne pas hésiter à alerter les service d’aide ou les services d’urgence.

Un article complet avec des témoignages sur le site du magazine belge Axelle, cliquez ici

En Belgique, il y a un numéro gratuit le 0800 30 030. C’est une ligne d’écoute qui peut conseiller les femmes battues.
Les femmes peuvent aussi chatter chatter Mot anglais, échanger des messages en direct par internet sur le site www.ecouteviolencesconjugales.be.
Et en cas d’urgence, elles peuvent faire le n° 112.

En France, le numéro d’appel est le 3919. Et un site officiel, ici. Et en France, il y a une procédure spéciale pendant le confinement : on peut aussi signaler les violences au pharmacien qui alertera les autorités.


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


A l’école, on n’apprend pas assez l’histoire de la colonisation du Congo belge

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2020 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de