Brisez le cercle


Le 1er mars 2006 | Auteur : Verhoeven Thierry

« Même dans une démocratie, les mots ont des pouvoirs magiques », dit un chauffeur de bus à un syndicaliste qui vient de se faire tabasser par la police. « Vous n’avez même pas besoin de penser ce que vous dites », dit une jeune et jolie conseillère en communication à un jeune député. Ces deux phrases sont dans deux romans de Jonathan Coe. Entre les deux phrases, trente ans ont passé. De l’Angleterre des années 1970 à celle d’aujourd’hui. De « Bienvenue au Club » au « Cercle fermé », un monde a disparu. Reste la mélancolie et le pouvoir des mots.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

JPEG - 8.8 ko

Les jeunes sont chevelus, portent des pantalons pattes d’éléphant
et des mini-jupes. Ils écoutent de la musique rock. C’est l’Angleterre
des années 1970. Ils vont au lycée et font un journal d’étudiants.
Ils vivent leur vie d’adolescents : problèmes de famille et problèmes
de cœur avec leurs premières amours. Ce sont les personnages du
roman de Jonathan Coe, « Bienvenue au club ». Margaret Thatcher n’est
pas encore appelée « la Dame de fer » et n’est pas encore
premier ministre. Mais la crise est déjà là. Ce qui rend
plus triste encore un décor que l’on imagine couleur marron. C’est
le récit de vie de jeunes Anglais dans une grande ville d’Angleterre

Fin d’un monde

Jonathan Coe a de l’humour, on rit souvent en lisant ce roman. La structure
même est amusante. Discussions d’adultes dans les pubs, des jeunes
au snack, au concert ou à l’arrêt de bus. Entrecoupées
de courts articles de journaux ou de lettres. C’est la vie quotidienne
et amoureuse de ces adolescents et de leurs parents. Dans « Bienvenue
au club », ces vies ordinaires sont traversées par
la violence économique, politique et sociale qui monte dans cette Grande-Bretagne
des années 1970. Une région industrielle qui meurt, les derniers
grands combats ouvriers, le racisme, les attentats de l’ IRA, la musique
punk qui éclate comme un coup de tonnerre à la radio. Dès
le début du roman, il y a une « magie des mots » et aussi
un malaise. On sent qu’un monde est en train de finir. Mais sans longues
descriptions, un peu comme si on lisait des gros titres de journaux et puis
qu’on tourne la page.

Un autre monde

JPEG - 8.6 ko

Ils ont les cheveux courts et sans doute déjà grisonnants. Vie
conjugale banale, premiers enfants, premier adultère ou premier divorce.
Ce sont les adolescents de « Bienvenue au Club » qui ont vieilli.
C’est le « Cercle fermé ». La Grande-Bretagne des années
2000. C’est un monde nouveau. Le monde du travailliste Tony Blair. Le
monde de la guerre en Irak et de la mondialisation. Le monde où le privé est à la mode dans la grande économie et dans les commerces, une bibliothèque publique devient un restaurant chic... S’occuper de sa vie privée
est aussi à la mode. C’est « le cercle fermé » formé par
le couple d’un jeune député travailliste et de sa plus
jeune encore conseillère en communication. Lui, il préfère
parler de l’ouverture du marché européen au chocolat britannique
que de la fermeture d’une usine automobile de sa région natale.
Il trouve cela plus amusant. Elle, elle lui déclare : « Vous n’avez
même pas besoin de penser ce que vous dites ». La magie des mots
s’est transformée en magie de la communication. Des mots partout :
sms, e-mail, télévision. Mais des mots qui n’ont plus de
sens. Restent les romans, heureusement !

Thierry Verhoeven

 


Auteur : Verhoeven Thierry
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de