Des prêtres face au cardinal


Le 22 décembre 2020 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

En 1960 en Belgique, l'Eglise catholique pèse encore lourd dans la vie sociale et politique. A la veille de Noël, le chef de l'Eglise catholique condamne la grève et les grévistes. Des prêtres proches du monde ouvrier lui répondent. Ces prêtres de la base ne condamnent pas la grève. Ils appellent à la compréhension, à la justice, à la fraternité.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Juste avant la Noël, le 23 décembre 1960, Monseigneur Van Roey, le chef de l’Eglise catholique en Belgique fait un discours à la radio. Dans ce discours, le cardinal condamne la grève et les grévistes. Il déclare, par exemple, ceci :
« (…) Tous les actes qui tendent à paralyser la vie nationale, et à désorganiser les organes essentiels de la collectivité, doivent être dénoncés comme gravement coupables en conscience(…)

« Ramener les affiliés dans le droit chemin »

Les grèves désordonnées et déraisonnables, auxquelles nous assistons à présent, doivent être réprouvées et condamnées par tous les honnêtes gens, et tous ceux qui ont encore le sens de la justice et du bien commun. (…)
Que les organisations professionnelles et les syndicats, au lieu d’inciter ou de collaborer à la grève, ramènent leurs affiliés dans le droit chemin (…) »

Réactions du monde chrétien

En tant que cardinal, Monseigneur Van Roey s’adresse évidemment avant tout aux catholiques et syndicalistes chrétiens. Sa déclaration fait beaucoup de bruit et déplait à beaucoup de chrétiens. Les dirigeants du syndicat chrétien CSC CSC Confédération des Syndicats Chrétiens, plutôt chrétien. Sa couleur : le vert. ne sont pas pour la grève, mais ils sont choqués par la déclaration du cardinal qui « se mêle de ce qui ne le regarde pas. » Et le soir de Noël, le 24 décembre, des prêtres de Seraing dans la région industrielle de Liège répondent au discours du cardinal. [1] Dans leur lettre, ils appellent à la justice, à la compréhension et à la fraternité. Tout le contraire de ce qu’a dit le cardinal. Ces prêtres proches de la population connaissent les conditions de vie des ouvriers. D’autres prêtres du pays témoigneront dans le même sens.

« Ce qu’attend la classe ouvrière, c’est un ordre humain. »

Dans leur lettre du 24 décembre, parue le 25 décembre, ces prêtres écrivent, entre autres, ceci :
« Entraînée par ses militants bien sûr, mais soulevée par une vague de fond plus lointaine, la classe ouvrière a cessé le travail. (…)
Tout ce qui touche à ses fils atteint l’Eglise. Elle n’accepte pas la condition prolétarienne condition prolétarienne statut, conditions de vie des ouvriers , ouvriers que l’on appelait aussi prolétaires , qu’elle tient pour la honte de ce siècle.
Que demande le monde du travail ? Simplement sa juste place dans la nation. Il ne veut pas être traité en inférieur, il veut être considéré. (...)
Ce qu’attend la classe ouvrière, ce n’est pas un ajustement partiel ; c’est une solution plus entière et durable. C’est un ordre humain. (...)
Si nous ne croyons pas à l’âge d’or sur la terre, nous savons que le Christ nous demande de rendre la terre plus habitable et plus fraternelle (c’est déjà cela l’Espérance !).
Que cette fête de Noël nous rappelle qu’il n’est qu’un chemin pour l’humanité : celui de l’Amour et de la compréhension. »


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, la pandémie c’est avant tout

Clôture du précédent sondage "Avec le confinement, nous avons moins de droits. Cela vous inquiète", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de