Droit de grève, droit humain


Le 15 décembre 2020 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Verhoeven Thierry

En novembre 2020, la justice a condamné 17 syndicalistes pour avoir participé à des actions lors d'une journée de grève. Cette condamnation inquiète les syndicats et aussi la Ligue des droits humains. A l'occasion de la journée internationale des droits humains du 10 décembre, la Ligue rappelle que le droit de grève et de manifester est un droit fondamental.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

19 octobre 2015, c’est un jour de grève nationale contre les mesures du gouvernement de Charles Michel. Ce jour-là à Liège, 300 personnes, des grévistes bloquent un pont d’autoroute. A la télé le soir, on voit le soir les images de feux de palettes sur le pont, de panneaux détruits, d’énormes embouteillages sur l’autoroute : 400 km de bouchons.

Tous condamnés

5 ans plus tard, le tribunal condamne 17 syndicalistes présents sur ce pont pour « entrave méchante à la circulation par leur présence sur les lieux. » Parmi les condamnés, des responsables syndicaux qui n’ont rien détruit et n’ont fait aucune violence. Ils étaient sur les lieux pour montrer leur solidarité avec les grévistes, mais pour le tribunal qu’importe, les 17 syndicalistes sont condamnés pour, dit le tribunal "entrave méchante à la circulation".

Bloquer la circulation 

Une "entrave méchante à la circulation", c’est-à-dire un blocage de voitures et peut-être même de un blocage par malveillance malveillance Tendance à vouloir du mal aux autres , pour nuire. Pour le tribunal, les syndicalistes ont donc fait cela « par leur seule présence sur les lieux ». 11 syndicalistes sont condamnés à 15 jours de prison avec sursis avec sursis Suspension de la peine qui ne sera pas faite à condition que la personne ne fasse plus d’infraction pendant un certain temps. . 6 dirigeants du syndicat sont condamnés à 1 mois de prison avec sursis. Une toute petite peine pourrait-on dire. Oui, une toute petite peine pour la justice tout court et pour ce que prévoit le droit pénal droit pénal ensemble des lois qui punissent les comportements antisociaux dans ce cas (jusqu’à 10 ans de prison). Mais une très lourde peine pour la justice sociale et pour les droits humains. Pourquoi ?

Injustice

Quand les gens font grève, c’est rarement par plaisir. Ils perdent de l’argent, ils sont mal vus par le patron et les chefs, ils vivent un grand stress. S’ils font grève, c’est pour garder leur emploi ou avoir un meilleur salaire ou encore être solidaires. avec d’autres travailleurs en difficulté. Une grève est souvent la réaction à ce qui est vécu comme une injustice.

Actions

Faire grève, c’est une façon de lutter contre une injustice sociale et de le faire savoir. Pour que la grève serve à quelque chose, il faut empêcher l’activité économique normale. Les grévistes peuvent bloquer les entreprises, mais parfois ils bloquent les voitures, les bus, les trains ou les bateaux dans un port. Une grève peut donc empêcher la circulation normale des moyens de transport. Ces dernières années, les autorités et la justice acceptent de moins en moins les actions de travailleurs et travailleuses les jours de grève et ils visent aussi leurs dirigeants syndicaux.

Des dirigeants symboles symboles Personnes ou choses qui représentent bien un sentiment, une idée, qui sert d’exemple.

En 2016 déjà, le président de la FGTB FGTB Abréviation de Fédération Générale des Travailleurs de Belgique. Sa couleur : le rouge. d’Anvers avait été condamné pour « blocage du port d’Anvers » lors d’une grève. En novembre 2020, ce sont 6 dirigeants du syndicat qui sont condamnés, dont Thierry Baudson qui était alors le président de la FGTB pour toute la Wallonie. Une condamnation qui est un symbole symbole Personne ou chose qui représente bien un sentiment, une idée, qui sert d’exemple puisque Thierry représentait tout le syndicat de la Région wallonne. C’est donc d’une certaine manière tout le syndicat qui est condamné.

Droit de grève

Devant le tribunal, un syndicaliste accusé a déclaré : « Aujourd’hui, le seul moyen de faire passer un message, c’est de bloquer ». Mais pour le tribunal, il y a bien eu un blocage méchant de la circulation même, dit encore le tribunal, si ce blocage « faisait certes partie d’un schéma plus large ». Ce schéma plus large, c’est le droit de grève, le droit de manifestation.

Droits humains

À l’occasion de la journée internationale des droits humains, la Ligue des droits humains de Belgique a déclaré sa solidarité avec les syndicalistes condamnés. Pour la Ligue qui défend les libertés fondamentales des citoyens : « Le droit de grève donne une voix aux travailleurs et travailleuses et est une portée d’entrée vers leurs droits économiques, sociaux et culturels. La liberté syndicale et la liberté d’association ont permis d’obtenir la plupart de nos acquis sociaux et sont également à l’origine de la naissance de notre droit social. »
Condamner ces syndicalistes qui étaient sur les lieux au moment du blocage de l’autoroute, c’est, qu’on le veuille ou non, condamner le droit de grève et la solidarité. C’est, qu’on le veuille ou non, condamner d’une certaine manière la démocratie.


Auteur : Verhoeven Thierry
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de