En 60, les "gens" veulent se faire entendre


Le 1er février 2021 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

La grève de 60-61, c'est avant tout des "gens" qui se mobilisent et manifestent. Comment l'ont-ils vécu? Voici ce qu'en disent le délégué syndical d'une grosse usine, une mère de famille épouse d'un cheminot gréviste, un délégué des services publics et un médecin engagé dans la grève.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Ces témoignages sont tirés du documentaire " 60 61, LA GREVE ", un documentaire de Jean-Christophe Yu que nous tenons à remercier.
En 1960, Robert Dussart est délégué syndical aux ACEC, les Ateliers de construction électrique de Charleroi, une usine de 10.000 travailleurs.

JPEG - 42.1 ko

« Quand on parle de l’esprit de 60, ce sont des gens qui sont décidés à faire entendre leur voix. »

« C’est ça 60. Quand on parle de l’esprit de 60, ce sont des gens qui sont décidés à faire entendre leur voix. Les travailleurs des ACEC décident d’aller dans toutes les entreprises environnantes des ACEC pour demander au gens de les suivre dans leur mouvement avec leurs organisations syndicales. C’est ça le message, il sera tenu dans presque toutes les usines. Cela fait des remous dans la région. Et le 21 décembre, les dirigeants syndicaux de la FGTB FGTB Abréviation de Fédération Générale des Travailleurs de Belgique. Sa couleur : le rouge. de la région de Charleroi déclarent la grève générale dans toute la région. C’est le succès des travailleurs des ACEC. »

Marie Dessart, femme de cheminot
JPEG - 52.6 ko

« Je suis partie avec mon seau de briques, mes 3 enfants et un drapeau rouge. »

« Je suis partie avec mon seau de briques, mes 3 enfants et un drapeau rouge. Je suis allée mettre le drapeau rouge en plein milieu des voies au passage à niveau à Familleureux (commune de Seneffe) et mon seau de briques pour frapper ceux qui étaient sur les machines. Et je l’aurais fait si les gendarmes ne m’avaient pas arrêtée je l’aurais fait. Là je pleurais, je pleurais de rage. »

Raymond Thielemans, délégué syndical FGTB
JPEG - 50.4 ko

« C’était vraiment ce qu’on appelle la démocratie. »

« C’était parti, vraiment parti, de la base. C’était vraiment ce qu’on appelle la démocratie. On allait consulter les travailleurs sans les usines, on faisait une réunion syndicale et ils décidaient si oui ou non ils partaient en grève. »

Jacques Lemaitre, médecin, directeur de la clinique de La Hestre et président du syndicat des services publics dans la région du centre
JPEG - 69.7 ko

« Aux yeux de la population, le comité de grève apparaissait comme le seul pouvoir communal. »

« La grève totale, complète avait eu des conséquences sur la vie communale. Il n’y avait plus d’administration communale, plus d’employés communaux, plus de police, plus de facteurs, plus d’ouvriers communaux pour ramasser les immondices. Or, il y avait quand même des tâches urgentes à faire. Donc, le comité de grève s’est trouvé finalement devant la nécessité de gérer la commune. Il l’a fait de manière maladroite, incomplète, de se trouver à être le seul pouvoir communal pendant une bonne partie du mois de la grève. Aux yeux de la population, le comité de grève apparaissait comme le seul pouvoir communal. »

Documentaire " 60 61, LA GREVE ", un documentaire de Jean-Christophe Yu (1991)


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, la pandémie c’est avant tout

Clôture du précédent sondage "Avec le confinement, nous avons moins de droits. Cela vous inquiète", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de