Fairtrade, fallait le faire !


Le 8 octobre 2021 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

Jusqu’au 16 octobre, c’est la semaine du commerce équitable. Le commerce équitable, c’est un commerce plus juste, meilleur pour le producteur, pour le consommateur et pour la planète.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

On trouve de plus en plus dans les supermarchés des produits Fairtrade. Fairtrade est composé de 2 mots anglais : « fair » qui veut dire juste et « trade » qui veut dire commerce. C’est donc un commerce plus juste que le commerce traditionnel.

Commerce juste

L’idée d’un commerce plus juste est née il y a plus de 50 ans pour lutter contre la faim dans le monde. Pour faire encore de l’anglais, on disait « trade not aid » : commerce pas aide. Plutôt qu’aider les pauvres et les gens qui ont faim par la charité, on va leur acheter ce qu’ils produisent à un prix plus juste. Et tant qu’on y est, on va les encourager à produire de façon plus naturelle, meilleure pour notre santé et pour la planète.

Chocolat

Prenons l’exemple du chocolat fabriqué à partir de fèves de cacao. Des grosses entreprises multinationales européennes et américaines dominent le marché. Elles achètent à des prix très bas les fèves de cacao aux petits producteurs d’Afrique et d’Amérique du Sud. Résultats ? Pour que les familles de producteurs puissent vivre, les enfants doivent travailler, il faut abattre des forêts pour planter plus de cacaoyers, il faut utiliser des engrais et des pesticides toxiques pour augmenter la production. Explications.

Petits producteurs

Le cacao est la 3e denrée la plus commercialisée au monde, après le café et le sucre. On estime que 50 millions de personnes dépendent du cacao pour vivre. 90 % de la production mondiale du cacao provient de 3 millions de petites fermes. Il y a donc beaucoup d’hommes et de femmes qui produisent des fèves de cacao. Ce sont des cacaoculteurs et cacaocultrices. Moins de 10 % de ces personnes ont un revenu qui leur permet de faire vivre leur famille.

Multinationales

Pourtant, le secteur du chocolat est un secteur qui rapporte beaucoup d’argent. Mais ce sont les grandes entreprises européennes et américaines qui achètent les fèves de cacao. Elles les vendent à d’autres grandes entreprises elles aussi européennes ou américaines qui transforment les fèves en chocolat. Pensons, par exemple à Mars, Ferrero ou Nestlé.

Nestlé

Les entreprises multinationales imposent souvent leur prix aux petits producteurs qui n’ont pas d’autre choix que d’accepter. Elles justifient souvent leur prix d’achat très bas parce qu’elles doivent rester compétitives. Elles disent que c’est le marché mondial qui décide. Pourtant, ces entreprises font de gros bénéfices. Depuis 2011, la multinationale Nestlé a versé 46 milliards de dollars de ses bénéfices à ses actionnaires actionnaires propriétaires d’une partie du capital d’une entreprise  !

Ferrero

En 2020, l’entreprise multinationale Ferrero a versé un dividende dividende partie de bénéfice d’une entreprise donnée aux actionnaires de 642 millions d’euros à la famille actionnaire du même nom. Les experts honnêtes du secteur du cacao pensent donc qu’il est possible d’acheter à un prix plus juste les fèves de cacao aux petits cacaoculteurs et cacaocultrices.

Un peu de fairtrade

Il faut quand même reconnaître que ces dernières années des progrès ont été faits. L’idée de commerce plus juste, de fairtrade, fait son chemin. Petit à petit, il y a des règlementations pour interdire le travail des enfants, la déforestation, des engrais ou des pesticides toxiques dans la culture du cacao. Il y a même quelques petites avancées pour garantir un meilleur prix au producteur.

« Beyond chocolate »

Depuis 2018 en Belgique, il y a une association qui s’appelle « Beyond chocolate ». C’est encore de l’anglais et ça veut dire « Au-delà du chocolat ». Cette association s’engage à lutter contre le travail des enfants et la déforestation et à garantir un revenu décent aux producteurs de cacao. « Au-delà du chocolat » associe le gouvernement belge, des entreprises du secteur du chocolat, des associations de défense de l’environnement et de développement de pays du sud de la planète, des syndicats, des universités.

Du rêve à la réalité

Toutes les tablettes de chocolat vendues sous les marques de Colruyt, Delhaize, Aldi et Lidl sont désormais Fairtrade. C’est aussi le cas de petits chocolatiers belges. L’idée d’un commerce plus juste fait son chemin et on voit de plus en plus le logo Fairtrade dans nos magasins. Des associations qui défendent la justice sociale, l’environnement, les droits humains se sont battues pour arriver à cela. Quand on parlait de Fairtrade il y a 50 ans, on était souvent vu comme un doux rêveur ou un dangereux révolutionnaire. Oui Fairtrade, « il fallait le faire » ! Aujopurd’hui, il faut encore le faire et plus encore demain.

Lire aussi notre article Le commerce équitable, c’est quoi ?

Vous pouvez visiter les sites :
Semaine du commerce équitable 2021 en Belgique
La marque Fairtrade Max Havelaar

Très bon dossier, très complet d’OXFAM sur le chocolat Le chocolat, une fierté belge au gout amer

Un dossier très bien réalisé par plusieurs assocations Le baromètre du cacao

L’association Beyond Chocolate

Acheter des produits équitables
De nombreux produits issus du commerce équitables sont aujourd’hui commercialisés, découvrez-les notamment sur le site internet d’Oxfam-Magasins du Monde


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de