Femmes et cyberviolences


Le 25 novembre 2020 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Céline Teret

Le 25 novembre, c’est la journée de lutte contre les violences faites aux femmes. Ces violences peuvent être sexuelles, physiques, psychologiques, verbales. Elles peuvent avoir lieu tout le temps et partout. Et même en ligne : sur Internet et les réseaux sociaux. On les appelle alors cyberviolences. Et elles touchent particulièrement les femmes.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Les cyberviolences, ce sont des violences exercées à distance dans les espaces numériques : sur internet, dans les forums, les médias en ligne…), sur les réseaux sociaux comme Snapchat, Instagram, Youtube, Twitter, Facebook. Ou encore par sms, par mail… Ces violences peuvent prendre plusieurs formes : insultes, humiliations, menaces de viol, menaces de mort, diffusion de rumeurs, divulgation d’informations privées... Les cyberviolences sont souvent lancées par une ou plusieurs personnes contre une victime isolée.
Quand ces violences sont nombreuses et répétées, on les appelle cyberharcèlement cyberharcèlement publications faites sur internet pour faire du mal à une personne . Parfois, plusieurs « trolls » organisent des « raids" pour harceler en même temps une personne.
Et quand ces violences sont sexistes, on parle de cybersexisme. Le cybersexisme repose sur des stéréotypes sur ce qu’on attend des femmes ou des filles et des hommes ou des garçons.

Trois filles, deux garçons

Dans l’espace numérique, ces violences se répandent et se banalisent. Les femmes sont plus touchées que les hommes par le cyberhacèlement et le cybersexisme. Et cela commence dès le plus jeune âge. Une étude a été réalisée dans des écoles en France, auprès de 1 200 élèves de 12 à 15 ans. Trois filles et deux garçons par classe déclarent qu’ils ont été victimes de cybersexisme.
Les attaques sexistes réduisent les filles à leur apparence physique. Ce sont des rumeurs sur leurs comportements sexuels ou amoureux. Les garçons qui sont touchés par le sexisme, sont ceux qui ne répondent pas aux codes de la masculinité et de la virilité. Ces garçons sont aussi victimes d’insultes à caractère homophobe homophobe qui déteste les homosexuels . Les cyberviolences se prolongent bien souvent « hors ligne », dans la vie réelle. Avec des conséquences parfois dramatiques : isolement, désespoir, insécurité, et parfois même… suicide.

N’importe où, n’importe quand

L’Organisation des Nations-Unies aussi constate que les cyberviolences touchent les femmes plus que les hommes. Selon l’ONU ONU Organisation des Nations unies, presque tous les Etats du monde sont à l’ONU. L’ONU a été créée pour défendre le droit international, la justice, la sécurité et la paix. , trois quarts des femmes qui utilisent internet ont déjà été confrontées à des violences en ligne. « A l’ère de l’internet social et de l’accès mobile "n’importe où, n’importe quand", les cyberviolences peuvent surgir à tout moment et suivre leurs cibles avec acharnement partout où elles vont », explique l’ONU. Pourtant, malgré l’ampleur du problème, seuls quelques pays (26%) prennent des mesures judiciaires pour lutter contre ces cyberviolences.

Sexisme, racisme, homophobie

Amnesty International aussi constate qu’Internet peut être un espace effrayant et toxique pour les femmes. L’organisation internationale a interrogé 4 000 femmes dans huit pays différents. Une femme sur quatre a déclaré avoir subi au moins une fois des violences ou du harcèlement harcèlement pression que l’on exerce sur quelqu’un sur internet. Plus de la moitié de ces femmes ont subi des insultes sexistes, racistes ou homophobes homophobes qui rejettent les homosexuels, agressifs contre les homosexuels . Pour un quart de ces femmes, certaines de leurs informations personnelles ou d’identification ont été partagées en ligne, sans leur accord. C’est le « doxxing »
Une fois sur deux, les femmes harcelées ne connaissent pas leur harceleur.
Les conséquences de ces violences sur les femmes sont alarmantes : baisse de l’estime de soi, perte de confiance en soi, stress, angoisse, crises de panique, troubles du sommeil, perte de concentration.
Pour Amnesty International, les entreprises de réseaux sociaux doivent prendre ce problème au sérieux et lutter plus efficacement contre les violences fondées sur le genre ou toute autre élément de l’identité d’une personne.

Menace pour la liberté d’expression

« Les violences et les abus en ligne constituent une menace directe pour la liberté d’expression des femmes », poursuit Amnesty International. En effet, plus des trois quarts (76 %) des femmes victimes de violence ou de harcèlement sur une plateforme de réseau social ont modifié leur façon d’utiliser ces plateformes. Certaines arrêtent de publier sur les réseaux sociaux, se retirent des conversations publiques, s’autocensurent.
La journaliste et autrice belge Myriam Leroy en sait quelque chose. Victime de cyberharcèlement et de menaces, elle a décidé de fermer ses comptes Facebook et Twitter. « Je ne me sens plus libre de faire et de dire ce que je veux sur les réseaux sociaux, explique-t-elle. C’est dommage de devoir déserter ce qui est finalement une partie de l’espace public, un endroit d’expression ! » Sur base de son vécu et de celui d’autres femmes harcelées, Myriam Leroy a écrit un roman : « Les yeux rouges ». Elle a aussi porté plainte et lancé une procédure judiciaire contre l’un de ses harceleurs. La journaliste française Rokayha Diallo a également été la cible de messages haineux et d’incitation au viol. Elle raconte son histoire dans le documentaire « Les réseaux de la haine ».

Dans la loi

En avril 2018, pour la première fois en Belgique, un tribunal a condamné un homme qui harcelait une femme sur Twitter. Il n’y a pas de texte qui condamne le cyberharcèlement. Mais un texte du Code pénal code pénal ensemble des textes de lois qui punissent les personnes qui commettent des infractions aux lois. condamne le harcèlement moral à des peines de prison et à des amendes. Et une autre loi sur les communications électroniques peut y aider aussi. Et depuis avril 2020, une loi belge sanctionne le « revenge porn », une forme de cyberviolence d’ordre sexuel, dont 80 à 90 % des victimes sont des femmes. Ces faits de violence restent encore trop souvent minimisés aujourd’hui. Ils sont perçus comme virtuels. Et pourtant, leurs conséquences sur la santé physique et mentale des victimes sont, elles, bien réelles…

En savoir plus

Journée de lutte contre les violences faites aux femmes

Que faire en cas de cyberharcèlement ?


Auteur : Céline Teret
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de