Sur le web, la haine anonyme


Le 13 juillet 2021 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Céline Teret

Il y a beaucoup de messages de haine sur les réseaux sociaux d’Internet. Et souvent, ces messages sont anonymes, leurs auteurs cachent leur identité. Faut-il interdire l’anonymat pour mieux lutter contre les messages de haine et les sur le web ? Certains sont pour, d’autres sont contre. Le débat est ouvert...

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

S’exprimer sur les réseaux sociaux et les forums en ligne, ce n’est pas la même chose que de s’exprimer dans la « vraie vie ». Il est plus facile d’insulter et de menacer quelqu’un sur internet que dans la réalité, que devant une personne présente en chair et en os. Par écrans interposés, il y est plus facile de balancer des propos haineux, racistes, sexistes ou homophobes homophobes qui rejettent les homosexuels, agressifs contre les homosexuels .
Les outils numériques limitent les interactions entre les personnes et par conséquent, les mots violents, semblent sortir plus facilement. Et souvent, ces messages se multiplient et deviennent très nombreux. Il y a une surenchère. Un internaute injurie une personne et très vite d’autres internautes s’en mêlent. Ils ajoutent eux aussi un commentaire injurieux ou cliquent sur un « pouce levé » pour approuver ce qui vient d’être écrit. Et c’est l’escalade de la haine…
Les insultes en ligne et le cyberharcèlement cyberharcèlement publications faites sur internet pour faire du mal à une personne ont pourtant de graves conséquences pour les victimes. Si les messages injurieux et les commentaires haineux démarrent virtuellement, leurs effets sont bien réels et causent de graves dommages sur la santé mentale. La personne harcelée a peur et se replie sur elle-même.

L’anonymat en ligne

Parfois, ces messages haineux sont diffusés de façon anonyme. L’auteur du message ne l’a pas signé ou il utilise un pseudonyme. Le pseudonyme (ou pseudo) est un nom d’utilisateur qui n’est pas le vrai nom de la personne qui l’utilise. Il sert à masquer sa vraie identité.
En se cachant derrière l’anonymat ou un faux nom, certaines personnes osent plus facilement injurier ou menacer. Elles deviennent des inconnus qui se déchaînent sur la toile. Elles ont moins de « barrières sociales » que quand elles dévoilent leur identité.
C’est pourquoi plusieurs pays, comme la France par exemple, veulent créer des lois pour interdire l’anonymat sur internet. Mais est-ce que ces lois permettront vraiment de lutter contre la haine sur le web ? Le débat est ouvert…


Auteur : Céline Teret
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de