Journée de l’infâme ? Plus tout à fait


Le 8 mars 2021 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

La journée internationale des droits des femmes est aussi une occasion de faire du commerce. Les marques profitent de cette journée pour faire de la publicité qui montrent toujours la femme comme marchandise . C’est pour ça que des féministes disent que c’est aussi une "journée de l’infâme infâme déshonorant, méprisable, dégoûtant ". C’est vrai, mais de moins en moins car les luttes des femmes sont passées par là.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Il y a 4 ans, une marque de sous-vêtements avait osé cette publicité transformant la journée internationale des droits de femmes en journée de la femme et avec quelle vulgarité.
JPEG - 21.6 ko
A propos de cette publicité, il y avait eu ce commentaire d’une féministe : « On est toujours payées 22% de moins que les hommes ? Tant qu’on a des culottes gratos, tout va bien. » Et les mouvements féministes avaient évidemment dénoncé cette publicité. Ils l’avaient repris comme exemple sur une page internet qu’ils avaient appelé « la journée de l’infâme infâme déshonorant, méprisable, dégoûtant  ». Sur cette page, on voyait les publicités les plus sexistes pour vendre plus à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.
La publicité avait marqué les esprits et avait, entre autres, donné cette affiche féministe qui dit comment notre société dégrade et dévalorise des luttes pour des droits en vulgaire marchandise.
JPEG - 29.4 ko
Dans notre système économique marchand, la journée internationale des droits des femmes est l’occasion de faire du commerce. On fait des publicités sur les marchandises réputées féminines, mais de moins en moins… Car même s’il y a encore du boulot pour arriver à l’égalité, les luttes des femmes commencent à porter leurs fruits : on fait moins la promotion des inégalités homme-femme, notammentdans le domaine du commerce. Évidemment, il y a encore beaucoup de publicités qui montrent la femme en objet de séduction ou en bonne mère de famille qui s’occupe des enfants et du ménage, mais on voit aussi que le 8 mars, le sexisme marchand n’est plus si arrogant. En voici un exemple.

JPEG - 209.9 ko

Le commerce reste quand même le commerce... On continue à vendre à l’occasion de la "journée internationale des droits des femmes", mais plus de la même façon. En achetant ce sac, on fait donc un don à l’association « Solidarité Femmes » qui lutte contre les violences faites aux femmes. Tous les bénéfices sont reversés à l’association.
C’est une manière habile de montrer une image engagée, mais qui reste évidemment commerciale. Malgré le slogan slogan phrase courte et frappante pour défendre une idée, une opinion. fort « Liberté. Egalité. Solidarités », toutes les associations féministes ne sont sûrement pas d’accord avec ce "marchandage", mais il y a un mieux : on n’est plus dans la vulgarité.


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Les garçons sont NATURELLEMENT meilleurs en maths que les filles

Clôture du précédent sondage "Faire grève pour améliorer ses conditions de travail, c’est", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de