La drôle d’investiture


Le 26 janvier 2021 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Lydia Magnoni

Ce 20 janvier, Joe Biden est devenu le 46e président des Etats-Unis d’Amérique. Son investiture Investiture acte officiel au cours duquel un parti désigne le candidat qui le représentera lors des élections s’est déroulée sous haute surveillance mais heureusement sans incident. Depuis la marche des pro-Trump sur le Capitole, Washington est bouclée par l’armée. L’investiture de Biden s’est déroulée devant peu de public pour une autre raison : la maladie du COVID-19.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Pour la première fois depuis, l’investiture Investiture acte officiel au cours duquel un parti désigne le candidat qui le représentera lors des élections du président s’est aussi déroulée sans le président sortant.
Trump n’a jamais vraiment reconnu sa défaite. Il a quitté la Maison blanche, quelques heures avant la cérémonie. Il s’est envolé sur Air force one vers sa résidence en Floride, en promettant à ses partisans qu’il reviendrait d’une façon ou d’une autre.

Fragile démocratie

Joe Biden arrive au pouvoir dans un pays profondément meurtri par quatre ans de présidence tumultueuse, par 400 millions de victimes du COVID et par les violences récentes au Capitole.
Il y a des divisions profondes entre les électeurs qui ont élu Biden et ceux qui persistent à croire, en dépit de toutes les preuves, que l’élection leur a été volée.
Des divisions entre ceux qui, comme Trump, ont laissé faire la pandémie pendant des mois et ceux qui, comme Biden, pensent qu’il y a des mesures à prendre pour la faire reculer : comme le port du masque, la distanciation physique… Des divisions entre suprémacistes blancs suprémacistes blancs personnes qui pensent qu’il y a des "races" et que la "race" blanche est supérieure aux autres. et afro américains.

Appel à l’unité

Les votes des Américains sont toujours presque à égalité entre deux grands partis, le parti républicain et le parti démocrate. Dans leurs discours , la plupart des présidents ont appelé à l’unité du pays, notamment pour rassurer les électeurs du camp adverse.

Mais l’appel à l’unité dans le discours d’investiture de Joe Biden n’aura jamais sonné aussi juste : « Il est temps que l’Amérique se rassemble et soigne ses plaies. » Jamais la démocratie aux Etats-Unis n’aura été aussi fragilisée.
Dans sa carrière, Biden a toujours été pour le dialogue. Cela aidera à apaiser le pays. Et dans sa vie personnelle, Biden a connu des souffrances qu’il a surmontées. Il sait donc affronter les épreuves. Et sa vie lui a appris à panser les plaies, à dépasser les épreuves et à continuer.

Lire aussi Biden pour "guérir" l’Amérique


Auteur : Lydia Magnoni
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Faire grève pour améliorer ses conditions de travail, c’est

Clôture du précédent sondage "Une femme vice-présidente des Etats-Unis", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de