La grève du siècle


On l'appelle la "grève du siècle". Enfin du 20e siècle... En décembre 1960 et janvier 1961, une grande grève de 5 semaines paralyse toute la vie économique en Belgique. C'était il y a 60 ans, mais cette grève était aussi un grand mouvement populaire qui a complètement transformé le pays. C'est un tournant dans l'histoire politique, économique et sociale de la Belgique. On en a encore les effets aujourd'hui.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un exercice en ligne en bas d’article

C’était la grande grève générale de l’hiver 1960-1961, appelée aussi « la grève du siècle ». Depuis quelques années, l’économie belge va moins bien. Le Congo est indépendant depuis juin 60. C’est une perte économique de plus pour la Belgique. Le parti social-chrétien et le parti libéral sont au gouvernement. Pour redresser le budget de l’Etat, le gouvernement prévoit un plan d’austérité austérité le fait de baisser les dépenses de l’Etat, les dépenses sociales, de limiter les salaires , entre autres, des taxes qui touchent les gens modestes. Et moins de droits pour les travailleurs de l’Etat, les chômeurs et les malades.

Austérité

Toutes ces mesures d’austérité sont rassemblées dans une seule loi que l’on appelle la Loi unique. Le gouvernement dit faire « appel à tous et à toutes les classes sociales. » La classe ouvrière et les classes populaires ont pourtant l’impression que c’est surtout dans leur poche que l’on vient chercher l’argent pour redresser les finances du pays. Par contre, le gouvernement demande peu aux plus riches et aux grandes entreprises du pays. Les grévistes appelleront la loi unique, loi inique. C’est-à-dire, la loi injuste.

Evasion fiscale

On parle déjà à l’époque d’évasion fiscale. Un dirigeant socialiste déclare à l’époque : « On demande 10 milliards de francs aux classes populaires. 10 milliards, c’est le montant de la fraude fiscale des grandes entreprises. » Le Parti socialiste et le Pari communiste (encore puissant à l’époque) sont dans l’opposition et contre la Loi unique. Les syndicats aussi.

Grève

En décembre 1960, un peu partout dans le pays, les travailleurs se mettent en grève : les cheminots, les fonctionnaires fonctionnaires personnes qui travaillent pour l’Etat des services publics, et beaucoup de travailleurs d’entreprises privées… Mais c’est en Wallonie et dans les centres industriels de Charleroi et de Liège que la grève est la plus forte. Et très vite, la grève devient le symbole symbole Personne ou chose qui représente bien un sentiment, une idée, qui sert d’exemple d’un combat wallon.

Combat wallon

En Wallonie, on ferme les charbonnages et la métallurgie va moins bien. La région fait sa richesse grâce à une industrie, mais cette industrie disparaît petit à petit. La Flandre rattrape l’économie wallonne. Beaucoup de syndicalistes et d’hommes de gauche veulent une Wallonie plus autonome.
On parle de « fédéralisme et réformes de structures ». Autrement dit, on veut donner plus de pouvoir aux régions. On veut limiter le pouvoir des grosses entreprises financières, créer des outils publics régionaux pour réorienter l’économie, démocratiser la vie des entreprises privées et publiques.

La grève, un tournant

La grève se termine mi-janvier 1961. Le gouvernement démissionne en mars 1961. Mais la grève est un échec puisque beaucoup de mesures seront appliquées par un nouveau gouvernement. Pourtant, cette « grève du siècle » marque un tournant dans la vie politique, économique et sociale du pays. La Belgique ne sera plus jamais comme avant. Au niveau économique, la Flandre poursuit son développement dans les années 1960 et 1970 et elle continue aujourd’hui. Au niveau politique, le pays se divise en 3 régions et 3 communautés. Au niveau social, la grève a montré que des gens aux idées différentes peuvent se battre ensemble sur le terrain et faire front contre l’austérité.

Faites le quiz, lisez attentivement les propositions et choisissez la celle qui correspond le mieux à l’expression


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, la pandémie c’est avant tout

Clôture du précédent sondage "Avec le confinement, nous avons moins de droits. Cela vous inquiète", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de