Le musée royal d’Afrique centrale

Le 28 août 2020 publié dans Articles Thierry Verhoeven

A Tervuren, près de Bruxelles, le musée colonial, le musée du Congo a été rénové. Il est devenu le musée royal d’Afrique centrale et un centre de recherches scientifiques sur cette région du monde. Il montre aussi le côté sombre de la colonisation.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le musée royal d’Afrique centrale est un bâtiment imposant qui date de 1897. A l’époque, Léopold II était propriétaire du Congo. Le musée était un musée colonial, le musée du Congo. Aujourd’hui, c’est un musée et un centre de recherches sur l’Afrique centrale.

Dans le très beau parc du musée, une sculpture : Léopold II entouré de plantes et d’animaux du Congo. Le visage de Léopold a été tagué de rouge pour rappeler les violences faites aux Congolais par le système colonial.

A l’entrée du musée, une pirogue de 23 mètres et de 3.500 kilos. Officiellement, les Congolais l’ont offerte à l’ancien roi des belges Léopold III en 1957 pour qu’il puisse descendre le fleuve Congo. En réalité, c’est sans doute l’administration belge qui a obligé les Congolais à la construire.

Dans le musée, des salles impressionnantes présentent les animaux, les plantes, les minerais du Congo et de l’Afrique centrale.

Il y a des salles sur les rites, les cérémonies et l’art d’Afrique centrale. Ici, un masque rituel.

Les garçons de tribus congolaises sont initiés à leur vie d’homme. Pendant cette initiation, ils créent des œuvres d’un art abstrait qui représentent les valeurs qui leur ont été enseignées.

Plusieurs statues représentent, la femme, la mère, la maternité.

Un costume de chef.

Un uniforme et les armes des soldats de la force publique. Ces soldats étaient des Congolais sous les ordres d'officiers belges. Ils faisaient ainsi régner l'ordre des colons blancs.

Le musée présente aussi le côté sombre de la colonisation, les violences contre le peuple congolais. Ici, un soldat congolais de la force publique fouette un noir sur les ordres d’un blanc.

Patrice Lumumba est un militant pour l'indépendance du Congo. Il deviendra le premier Premier ministre du Congo indépendant le 30 juin 1960. Il sera assassiné en 1961.

Une oeuvre d'art qui représente une chaise électrique, symbolisant la mise à mort de Lumumba. On sait que Lumumba a été assassiné avec la complicité des services secrets américains et des policiers belges.

Une sculpture contemporaine de l'artiste congolais Aimé Mpané. Le titre : "Nouveau souffle ou le Congo bourgeonnant"

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Une femme vice-présidente des Etats-Unis

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2020 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de