Les Etats-Unis passent (un peu) au vert


Le 4 décembre 2020 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

Les Etats-Unis rejettent 15 % des gaz qui polluent la planète et dérèglent le climat. Trump n’en a rien à faire et il a eu presque 74 millions de voix. Le nouveau président Biden a eu 80 millions de voix . De plus en plus d’Américains surtout des jeunes, des associations et des députés démocrates sont pour une Amérique plus écologique mais aussi plus prospère et plus juste.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Faites le texte à trous en bas d’article

Depuis 2 ans, on entend parler du « Green New Deal » aux Etats-Unis. « Green » en anglais, « vert » en français. « New Deal » qu’on peut traduire par nouvelle donne, nouveau pacte, nouveau plan, nouveau programme. Et c’est même un nouveau contrat social. Prenons les choses dans l’ordre.

L’écologie

« Green », c’est donc l’écologie qui oriente ce plan. Qui dit écologie aujourd’hui dit lutte contre les changements du climat. Le plan prévoit de diminuer fortement les gaz à effet de serre. Ces gaz provoquent le réchauffement du climat. On va abandonner les énergies polluantes comme le pétrole et le charbon. On va développer les panneaux solaires et les éoliennes, les voitures électriques, les transports en commun qui polluent moins que les voitures.

"Les gens ne sont pas oubliés"

On va mieux isoler les bâtiments publics et aider les ménages pauvres à isoler leur logement. On va favoriser l’agriculture biologique et prendre des mesures pour que les gens mangent plus sainement, pour que l’air qu’ils respirent et l’eau qu’ils boivent soient plus purs. Car les gens ne sont pas oubliés dans ce plan, dans ce pacte. Le passage à une autre économie meilleure pour l’environnement ne doit pas augmenter les inégalités et créer plus de pauvreté. Au contraire. C’est l’idée du « New Deal ».

Un contrat pour la société

L’idée est de relancer l’économie par des investissements dans les secteurs écologiques. Mais cette relance doit profiter à toute la population. Et le plan va loin. L’État prend les choses en main. Il y aura un bon système de santé pour tous. L’université publique sera gratuite, l’emploi sera garanti sinon les gens recevront un revenu de remplacement. Car si le plan prévoit de créer des millions d’emplois grâce à une économie plus verte et plus moderne, il y aura beaucoup de travailleurs qui vont perdre leur emploi. Par exemple, ceux qui travaillent dans les mines, le secteur du pétrole et d’autres industries polluantes. Le plan prévoit donc de proposer de bonnes formations à ces travailleurs pour qu’ils trouvent un nouvel emploi dans des secteurs plus verts.

"Vers un nouveau contrat social ?"

Plus d’égalité

Un plan aussi ambitieux ne peut se faire que s’il inclut et implique toute la population. C’est pourquoi le plan prévoit aussi de taxer plus les plus riches et les grosses entreprises surtout les polluantes pour mieux redistribuer les richesses. Il y aura une lutte contre les discriminations discriminations le fait de traiter différemment (le plus souvent plus mal) quelqu’un ou un groupe de personnes par rapport aux autres personnes ou au reste de la collectivité. qui touchent les gens de couleur et une politique plus humaine pour les réfugiés et les nouveaux immigrés.

Contre l’individualisme

Aux Etats-Unis, le Green New Deal serait une vraie révolution. Dans ce pays, plus que dans d’autres, les grosses entreprises et tout le secteur économique privé agissent comme bon leur semble. Beaucoup d’Américains sont très indépendants. On pourrait dire très individualistes. Le Green New Deal propose un nouveau contrat social aux Américains, aux entreprises et aux pouvoirs publics pouvoirs publics L’Etat, le gouvernement, les administrations , une nouvelle façon de vivre dans une société plus prospère, plus juste et plus écologique.

"De plus en plus d’Américains : des jeunes, des associations et des députés démocrates défendent le Green New Deal"

Les trumpistes et les autres

Donald Trump n’en a rien à faire de l’écologie et presque 74 millions d’Américains ont voté pour lui. Et pour beaucoup de responsables politiques américains, même démocrates, ce nouveau contrat social est « un rêve ». Par contre, beaucoup de gens sont inquiets face au réchauffement du climat, à la crise économique due au coronavirus.
De plus en plus d’Américains surtout les jeunes, de plus en plus d’associations et de députés démocrates défendent le Green New Deal. Ce n’est pas un hasard si le nouveau président Joe Biden promet un plan de 2 000 milliards de dollars pour une économie plus verte. Il est un peu obligé d’aller dans ce sens et c’est un premier pas vers ce nouveau contrat social.

Le New Deal des années 1930

Le Green New Deal, « nouvelle donne verte » en français ou nouvelle politique verte, est un rappel du New Deal tout court. Le New Deal est une politique appliquée dans les années 1930 aux Etats-Unis pour lutter contre la crise économique.
A l’époque, on a relancé l’économie par des grands travaux commandés par l’Etat avec embauche des chômeurs. On a règlementé et encadré certains secteurs de l’économie privée et les banques. On a amélioré la protection sociale de la population. On a réduit le temps de travail.
On considère généralement le New Deal comme le début de l’Etat social et une façon nouvelle pour l’Etat de faire de l’économie. Le Green New Deal peut être vu comme le début d’un nouvel Etat « vert », écologique avec une justice sociale et un développement économique.

Le Green New Deal, « nouvelle donne verte » en français ou nouvelle verte, est un rappel du New Deal tout court. Le New Deal est une politique appliquée dans les années 1930 aux Etats-Unis pour lutter contre la économique.
A l’époque, on a relancé l’ par des grands commandés par l’Etat avec embauche des . On a réglementé et encadré certains de l’économie privée et les banques. On a amélioré la protection sociale de la . On a réduit le temps de travail.
On considère généralement le New Deal comme le début de l’Etat et une façon nouvelle pour l’Etat de faire de l’économie. Le Green New Deal peut être vu comme le début d’un nouvel Etat « vert », avec une justice sociale et un économique.

Indices
secteurs - chômeurs - politique - social - travaux - écologique - développement - crise - économie - population

Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Une femme vice-présidente des Etats-Unis

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de