Les inégalités, l’autre virus


Le 4 novembre 2021 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

La maladie du coronavirus a augmenté la pauvreté et les inégalités dans tous les pays du monde. L’association OXFAM a fait une étude sur l’année 2020. Le titre de cette étude est clair : " Le virus des inégalités".

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

L’organisation Oxfam est connue pour ses actions de solidarité au Sud et au Nord de la planète. Mais Oxfam ne fait pas que ça. Oxfam étudie aussi les inégalités dans le monde. Et Oxfam a fait un rapport qui montre que la maladie du coronavirus a touché beaucoup plus les pauvres que les riches.

Dans le monde, plus de morts chez les pauvres

Dans le monde entier, on observe qu’il y a plus d’infections et de morts liées à la maladie dans les zones peuplées par des personnes pauvres. Au Royaume-Uni, par exemple, le taux taux pourcentage, partie d’un ensemble de mortalité est 2 fois plus élevé dans les quartiers pauvres que dans les quartiers riches. Les études montrent la même chose en France, en Espagne, en Inde, etc.

En Belgique aussi

Une étude de l’université flamande de Leuven en Belgique montre que les hommes entre 40 et 65 ans qui sont dans les 10 % de revenus les plus faibles ont jusqu’à 5 fois plus de risques de mourir de la Covid-19 que les hommes du même âge qui sont dans les 10 % de revenus les plus élevés. Le journal flamand De Tijd a montré que les habitants et habitantes des quartiers les plus pauvres de Flandre risquent d’être 2 fois plus infectés par la covid-19 que les habitants et habitantes des quartiers les plus riches.

Les pauvres plus fragiles

On peut penser que c’est la même situation en Wallonie et à Bruxelles. Le virus infecte et tue donc plus les riches que les pauvres. Plus on est pauvre, plus on risque d’avoir une santé fragile, moins on a de protection sociale et d’accès à des soins de santé de qualité. Les domiciles sont plus petits, parfois sans jardin donc on est "plus les uns sur les autres". Plus on est pauvre, plus on est mal logé, plus on a un boulot dur et moins on peut se protéger contre la maladie.

Le télétravail

Avec la maladie du coronavirus, il y a eu des confinements et du travail à domicile, à distance, le télétravail. Cela a créé d’autres inégalités. Selon une étude d’Oxfam, dans l’Union européenne 74 % des personnes salariées les mieux payées ont pu travailler depuis leur domicile. Mais seulement 3 % des personnes salariées les moins bien payées ont pu le faire. Cela augmente évidemment les risques.
La maladie du coronavirus ne touche pas que la santé des gens, elle touche aussi leur portefeuille. Les études montrent que la maladie du coronavirus a aggravé les situations de pauvreté et les inégalités dans tous les pays.

Plus de pauvreté

Oxfam a interrogé 300 économistes de 79 pays, dont la Belgique. 87 % des économistes ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que les inégalités de revenus augmentent dans leur pays. Les économistes rappellent que le coronavirus a créé le choc économique négatif le plus important depuis la crise économique des années 1930. Des centaines de millions de personnes ont perdu leur emploi et d’autres risquent de le perdre.

Les riches plus riches

Avec la maladie du coronavirus, il y aurait eu entre 200 millions et 500 millions de pauvres en plus pendant l’année 2020. La maladie du coronavirus a par contre profité à ceux qui étaient déjà les plus riches : les milliardaires ont vu leur fortune augmenter de 3 900 milliards de dollars entre le 18 mars (début de la pandémie pandémie une grande épidémie qui touche beaucoup de pays et une partie importante de la population mondiale. ) et le 31 décembre 2020.

Banque alimentaire

En Belgique, le directeur délégué de la Fédération belge des Banques Alimentaires signale qu’en 2020, les banques alimentaires n’ont jamais eu autant de demandes depuis qu’elles ont été créées, au milieu des années 1980. Il parle d’une augmentation de 15 %. Cela représente 20 000 personnes de plus par mois.

Les femmes les plus touchées

Ce sont le plus souvent les femmes qui sont le plus touchées par la pauvreté. Les femmes ont déjà en moyenne moins de revenus que les hommes et un emploi plus précaire. La maladie du coronavirus a aggravé leur situation. Selon l’étude d’Oxfam, su les hommes et les femmes dans le monde étaient égaux au niveau professionnel, 112 millions de femmes ne risqueraient plus de perdre leurs revenus ou leur emploi.

Dans les soins de santé

En Belgique, selon l’étude d’OXFAM, il faut à peine 5 jours à un grand patron pour gagner la même chose qu’une infirmière sur 1 an. Autrement dit en moyenne, car évidemment c’est une moyenne, un grand patron gagne 65 fois plus qu’une infirmière. Et l’écart est encore plus grand si on prend le salaire des aides-soignants et des aides-soignantes. Plus généralement, les écarts de revenus sont énormes entre les métiers de première ligne, très exposés au virus et les très hauts revenus, beaucoup moins exposés au virus.


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Clôture du précédent sondage "Pour vous internet, c’est plutôt", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de