Métis du Congo belge, les enfants du péché


 Articles |  Cahiers >  Congo
Le 22 septembre 2020 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

5 femmes métisses congolaises attaquent l’Etat belge en justice pour « crime contre l’humanité ». Elles sont nées d’un père blanc colon colon personne qui a quitté son pays pour aller exploiter une terre ailleurs, y faire du commerce et d’une mère noire indigène au temps du Congo belge. L’Etat belge les a volées à leur mère parce qu’elles étaient des enfants métisses. Entre 15 000 et 20 000 enfants ont vécu le même drame parce qu’ils sont nés métis au temps de la colonisation belge.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Commençons par ce rappel : l’Etat belge a colonisé le Congo de 1908 à 1960. La Belgique a créé au Congo un système raciste. Les colons blancs avaient tous les privilèges, les noirs étaient victimes de ségrégation ségrégation séparation entre groupes différents et de violences. Les noirs servaient les blancs et et travaillaient pour eux. Et bien sûr, il n’était pas question d’union entre les blancs et les noirs ni donc d’enfants métis.
L’Etat belge ne pouvait pas accepter les enfants métis nés au Congo belge. Les pères étaient des colons blancs, les mères des noires indigènes souvent très jeunes. Si certaines femmes étaient consentantes, beaucoup étaient violées. Les enfants métis nés de ces relations sexuelles ont vécu des drames.

Les enfants du péché

On les appelait les enfants « mulâtres ». Un mot qui vient de mulet, l’animal né d’un cheval et d’une ânesse. C’était aussi les enfants « de la honte », les « enfants du péché ». Il fallait les cacher. Selon plusieurs historiens, l’administration coloniale avait peur que ces métis ne se révoltent et entraine dans leur colère la population noire. C’est ainsi que l’Etat belge a obligé les mères à abandonner leur enfant. L’enfant était élevé dans un orphelinat religieux où beaucoup étaient maltraités.

Crime contre l’humanité

60 ans après l’indépendance du Congo, ces enfants métis réclament justice. 5 femmes volées à leur mère attaquent même l’Etat belge pour crimes contre l’humanité. Les crimes contre l’humanité sont imprescriptibles.
Ces femmes avaient entre 2 et 4 ans, quand elles ont été volées à leur mère dans les années 1940 pour être placées dans un orphelinat religieux. Lors de l’indépendance du Congo en 1960, les religieuses ont quitté le Congo en abandonnant les jeunes femmes.

Privées de mère, de famille, de droits

Le document présenté au tribunal par les avocats de ces femmes précise qu’elles ont été privées du jour au lendemain de leur mère, de leurs proches, de leur famille ; de nourriture convenable et des soins les plus élémentaires. Elles ont été déracinées de leur propre culture, de leurs origines. Elles ont été privées d’identité ; parfois victimes de mauvais traitements, de violences, d’abus sexuels et de viols. L’Etat belge les a privées de toute possibilité de lien juridique avec leur famille pour pouvoir hériter par exemple.

Les excuses ne suffisent pas

Le drame qu’elles ont vécu vient d’un véritable système d’enlèvement d’enfants. En 2019, le premier ministre belge Charles Michel a d’ailleurs présenté ses excuses aux métis du Congo. L’Etat belge reconnait donc la ségrégation et l’enlèvement de 15 000 à 20 000 enfants métis. Pour ces 5 femmes, les excuses ne suffisent pas. Elles veulent que l’Etat belge soit condamné. Le procès s’est ouvert le 10 septembre.


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


A l’école, on n’apprend pas assez l’histoire de la colonisation du Congo belge

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2020 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de