Où sont les femmes dans la culture ?


Le 18 janvier 2021 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

Dans le cinéma et la musique populaire, il y a bien sûr des femmes vedettes, mais en réalité on laisse peu de places aux femmes. Et c’est pareil ailleurs dans la culture.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Il y a peu de femmes dans le théâtre, la musique classique musique classique En Occident, musique "savante", on l’appelle comme cela pour faire la différence avec la musique dite populaire. Chopin, Beethoven, par exemple, sont considérés comme musiciens classiques. ou les postes de direction de centres culturels. Où sont les femmes ? Toujours pas là ! est une étude de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques qui montre le peu de places laissées aux femmes dans le monde artistique. [1] ET d’ailleurs précisons-le : la Société des auteurs et compositeurs dramatiques est aussi la société des autrices et compositrices, même si ce n’est pas dans le nom.
L’étude concerne la proportion de femmes qui sont dans le spectacle vivant. Ce que l’on appelle le spectacle vivant, c’est toute une série d’expressions artistiques : le théâtre, la danse, les arts du cirque, les arts de la rue, les arts de la marionnette, l’opéra, le spectacle de rue et la musique classique ou de jazz en concert, en direct. Les chiffres de cette étude sont très clairs. Voyons de plus près.
JPEG - 64.2 ko

52% et puis, plus rien ou presque !

On voit que 52% des femmes étudient dans des écoles artistiques. En France, il y a 51,7% de femmes dans la population. Le pourcentage est presque exactement le même. Jusqu’ici, tout va bien. Mais une fois sorties de l’école, que deviennent ces femmes ? Il y a peu de femmes dans les métiers liés au spectacle vivant. Peu de ces femmes deviennent comédiennes de théâtre, directrices de théâtre, de centre culturel, cheffes d’orchestre, compositrices de musique classique, autrices de pièce de théâtre, … Pourquoi ? Une enquête sur les parcours professionnels d’artistes femmes permet de donner quelques réponses [2].

Moins bien payées

On constate que les femmes artistes rencontrent les mêmes obstacles que les femmes travaillant dans d’autres domaines. Les femmes artistes ont souvent des « petits » contrats comme les contrats à durée déterminée. Il y a, par exemple, beaucoup de femmes « intermittentes » du spectacle. Et en général, les femmes sont moins bien payées que les hommes. Beaucoup de femmes ont donc tendance à choisir un autre emploi, plus stable, même s’il correspond moins à leurs études artistiques.

La bonne ménagère

On sait que dans nos sociétés, la femme est souvent la personne du couple qui s’occupe le plus des enfants et de la maison. C’est donc très difficile de faire son métier d’artiste et de faire presque toutes les tâches ménagères et domestiques.

Les relations sociales

Les jeunes diplômés masculins ont plus l’esprit de compétition et de concurrence concurrence compétition entre entreprises pour être le plus rentable et gagner des marchés que les jeunes diplômées. Ils utilisent plus des relations et un réseau de personnes bien placées pour trouver un emploi. Il y a aussi peu de femmes aux postes de direction. Dans le monde de l’art on a, comme ailleurs, les stéréotypes sur la femme. La femme serait, par exemple, trop fragile ou trop douce pour diriger un théâtre et une équipe.

Le répertoire, le physique et la langue

Il y a aussi le répertoire des œuvres. Dans le théâtre, par exemple, il y a beaucoup plus de grands rôles masculins que de grands rôles féminins. Dans toutes les pièces de théâtre de Shakespeare, il y a au total 500 rôles et il y a seulement 90 rôles féminins. Il y a encore l’apparence physique et l’âge. En vieillissant, les femmes trouvent encore moins de rôles.
Comme le dit Aline César, autrice et metteuse en scène : « Il y a aussi un travail à faire sur la langue au sein des enseignements. Si l’on dit « autrice » ou « metteuse en scène », cela permet de faire exister les femmes au sein même de la langue française et de donner aux jeunes filles artistes leur légitimité. »

« Les fiancées » de Danielle Maudoux
JPEG - 171 ko


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de