Pouvoir d’achat d’hier et d’aujourd’hui


 Articles |  Pouvoir d’achat, pouvoir de vivre >  Cahiers Le 26 janvier 2023 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven
|  1 messages

Le pouvoir d’achat ? Voilà bien un problème du présent. Voilà bien un problème d’ici et de maintenant pour beaucoup de gens. C’est un problème d’aujourd’hui. C’était aussi un problème dans le passé. A Marchienne, dans la région de Charleroi, un événement d’hier montre les différences, les ressemblances, les nuances avec le temps présent. Un festival d’activités est là pour nous le montrer et nous servir à réfléchir.


« Le coup d’œil sur l’Histoire, le recul vers une période passée ou vers un pays éloigné, vous donne des perspectives perspectives Points de vue que l’on a pour regarder certains faits, certains évènements. sur votre époque et vous permet d’y penser davantage, d’y voir davantage les problèmes qui sont les mêmes ou les problèmes qui diffèrent ou les solutions à y apporter » disait la grande écrivaine Marguerite Yourcenar. On lit cette phrase, on se dit que c’est une grande et belle phrase, une grande et belle idée. Mais après ? Et bien après, cette belle et grande idée peut se réaliser dans toute une série d’activités. La preuve ? Par exemple, le festival organisé par le collectif CREATION [*] de la région de Charleroi. Dans ce collectif, on retrouve diverses associations, centres de recherches et centres de conservation d’archives ouvrières et sociales.

Mobiliser l’histoire

Ce collectif reprend à sa façon et à sa mesure l’idée de Yourcenar, car ce qui guide le collectif CREATION c’est : « mobiliser l’histoire comme outil pour éclairer les évolutions contemporaines du travail, de l’insertion et de la reconversion professionnelle et territoriale. » Bon d’accord, cela reste un peu abstrait. Pour mieux comprendre, voyons la première grande activité de ce collectif : un festival autour du « Pouvoir d’achat et des mobilisations populaires ».

Faire voir le présent...

Le pouvoir d’achat, voilà bien un problème du présent. Les prix des aliments et de l’énergie ont fort augmenté ces derniers mois. Le pouvoir d’achat, voilà bien un problème du passé. Dans l’histoire, les classes populaires ont souvent eu ce que l’on appelle aujourd’hui des problèmes de pouvoir d’achat. Pour tout dire : elles crevaient de faim !

...Par le passé

C’est d’ailleurs pour cela que le festival met en avant les émeutes de la faim de 1867, à Marchienne, dans la région de Charleroi . C’est la crise économique, l’hiver de 1867 est très froid. La farine est de plus en plus chère. Les familles ouvrières ne peuvent plus faire leur pain. Elles ont faim. En février 1867, elles se révoltent et incendient un moulin à vapeur à Marchienne. Au 19e siècle, les révoltes ouvrières sont nombreuses.

Révoltés, mais pas que…

Les gens du peuple d’alors ne font pas que se révolter, ils créent des associations, des coopératives pour produire moins cher et pouvoir se nourrir. Car il y a la révolte, l’émeute émeute Mouvement populaire violent , il y a aussi des mobilisations populaires pour s’organiser et pour créer ensemble, collectivement, des alternatives.

Discussions, fêtes et émotions

Cet événement de 1867 est un symbole symbole Personne ou chose qui représente bien un sentiment, une idée, qui sert d’exemple inscrit sur un territoire, dans un espace déterminé et dans le temps passé. Il trouve pourtant des résonances aujourd’hui. C’est ce que veut montrer ce festival. Pour replacer cet événement dans l’histoire, pour surtout créer des émotions et des débats dans le présent, il y a donc ce festival avec beaucoup d’activités, certaines sérieuses, d’autres festives et amusantes.

Le programme du Festival est ici
PNG - 529 ko

La description officielle du collectif CREATION, ici


Auteur : Thierry Verhoeven

[*CREATION est l’acronyme (sorte d’abréviation) de Centre de ressources, d’animation et d’innovation sur l’histoire sociale, le travail, l’insertion et la reconversion. CREATION réunit des acteurs issus des mondes de la recherche, de l’éducation permanente et de la conservation et de la valorisation d’archives.

Vos commentaires

  • Francine Bolle, Docteure en Histoire, Maîtresse de conférences (ULB), Coordinatrice de l’Institut Marcel Liebman, membre du CHSG

    Le 27 janvier à 08:43

    Il est très chouette cet article 😊 ! Merci Thierry !

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Il faut bloquer le prix des loyers

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la Belgique, c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2023 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de