Révolutionnaire et libre


Le 11 mars 2020 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven

Egalité homme-femme, droit à l’avortement, soins gratuits pour les femmes enceintes et les jeunes mamans, c’était quelques-uns des droits des femmes en Union soviétique (aujourd’hui la Russie) en...1920 ! C’était grâce, entre autres, à une femme ministre de l’époque Alexandra Kollontaï. La chaine de télévision Arte raconte en une vidéo amusante de 3 minutes l’histoire de cette femme libre et révolutionnaire. Nous vous la présentons et nous avons retranscrit le commentaire.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Pour voir la vidéo, cliquez ici
JPEG - 18.6 ko

Texte de la vidéo

La scandaleuse, l’immorale, la walkyrie walkyrie A l’origine,déesse du nord de l’Europe, le mot veut dire femme très volontaire, combattante, impressionnante. de la révolution ou la belle révoltée, elle en a eu Alexandra Kollontaï des surnoms, pas toujours très sympathiques. Révolutionnaire et libre sont sûrement les mots qui lui conviennent le mieux.

Elle entre au gouvernement après la révolution de 1917 comme commissaire du peuple commissaire du peuple ministre en Russie juste après la révolution communiste à l’assistance publique. C’est la première fois dans l’histoire qu’une femme parvient à ce niveau de responsabilité et la batterie de mesures batterie de mesures série de lois qui vont dans le même sens qu’elle met en place est d’une incroyable modernité. Egalité hommes femmes, droit à l’avortement, interdiction de licencier une femme enceinte, congés de maternité de 16 semaines gratuité des soins pré et postnataux soins pré et postnataux soins avant et après la naissance , création de places en crèche, à travail égal salaire égal…plus d’un siècle après, on a envie de dire « Mais relève toi, Alexandra Kollontaï, sors de ta tombe, on dirait que le boulot n’est pas fini ».

Alors, pourquoi ces surnoms pas très sympathiques ? Parce qu’Alexandra Kollontaï est une femme libre. Fille d’un général du tsar tsar En Russie, l’empereur , mariée trop jeune, elle envoie tout promener, mari et enfants, pour étudier l’économie politique en Suisse et embrasse la cause communiste.

Pour elle, le collectif doit libérer la femme de ses contraintes familiales, la maternité doit être une fonction sociale, il faut collectiviser collectiviser mettre ensemble les tâches ménagères. Camarades, partageons tous ensemble la même charge sociale. L’amour aussi est collectif, à bas l’institution du mariage, les relations sont libres et multiples. Elle aurait écrit « Pour un communiste, l’acte sexuel doit être aussi simple que de boire un verre d’eau ».

Et quand elle décide de se faire une petite virée avec un marin, plusieurs caciques caciques chefs, ceux qui sont aux premières places du parti prennent ce prétexte pour demander son exclusion. Quand même ! Si une femme se met, non seulement a avoir des idées, mais en plus la vie amoureuse qu’elle souhaite, mais alors, où va-t-on ? Qu’importe si à la même période, Lénine partage sa vie entre son épouse et sa maîtresse.
Elle devient diplomate puis ambassadrice. Là encore, c’est une première, Norvège, Mexique, Finlande, Suède. Pressentie pressentie prévue pour le prix Nobel au sortir de la guerre, elle meurt en 1952, à 80 ans, toujours libre et indépendante.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


A l’école, on n’apprend pas assez l’histoire de la colonisation du Congo belge

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2020 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de