#salepute


Le 20 juin 2021 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Thierry Verhoeven

« #sale pute » est un documentaire sur les femmes harcelées sur les réseaux sociaux. Deux femmes, journalistes belges, montrent que les violences sur les réseaux sociaux contre les femmes sont de plus en plus fréquentes. Elles montrent que c'est difficile de faire reculer ces violences et de faire condamner les harceleurs. Leur documentaire nous montre surtout que la lutte contre cette violence est une lutte pour la démocratie.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

En 2015, selon un rapport d’ONU ONU Organisation des Nations unies, presque tous les Etats du monde sont à l’ONU. L’ONU a été créée pour défendre le droit international, la sécurité et la paix. , 73 % de femmes ont déclaré avoir été victimes de violences sur internet, et 18 % de ces femmes de violence grave sur internet. Quelles sont ces violences ? Ces violences sur les réseaux sociaux vont des discours sexistes jusqu’aux insultes et même aux menaces de mort. Une insulte qui revient souvent est « sale pute ». Les journalistes Florence Hainaut et Myriam Leroy ont d’ailleurs appelé leur documentaire #salepute. On y voit des femmes raconter comment elles ont été victimes de discours de haine sur les réseaux sociaux.

Qui harcèle ?

Derrière ces discours de haine, il y a le plus souvent un homme qui profite de l’anonymat des réseaux sociaux. Et même souvent plusieurs hommes qui s’en prennent, ensemble à la même femme. C’est ce que l’on appelle le harcèlement harcèlement pression que l’on exerce sur quelqu’un en meute. Ce harcèlement peut détruire la femme psychologiquement. Certaines femmes vont même jusqu’à craindre pour leur vie ou celle de leur famille. Contrairement à ce que l’on croit, les harceleurs ne sont pas des paumés, des exclus de la société. La plupart de ces hommes viennent d’un milieu social et économique plutôt favorisé.

Impuissance

Face à ces violences, les femmes sont souvent désarmées. On sait que les entreprises des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter ont bien du mal à contrôler tous les messages et ainsi éviter les violences qui règnent parfois sur leur réseau. Et on voit aussi dans le documentaire comment la police et la justice sont, elles aussi, souvent impuissantes.

Porter plainte

Pourtant les choses commencent à bouger. On voit dans le documentaire des femmes qui ont porté plainte malgré toutes les difficultés. Aujourd’hui, les plaintes aboutissent rarement à une condamnation. Mais il est nécessaire de porter plainte car plus il y aura de plaintes, plus on prendra le harcèlement au sérieux. On pourra alors règlementer et faire des lois pour protéger les femmes de cette haine en ligne.

Question de démocratie

Pour certains, la solution est simple : que ces femmes se retirent des réseaux sociaux. Cela veut dire : priver ces femmes d’une liberté. Cela veut dire : laisser les réseaux sociaux à ceux qui sont les plus violents, les plus haineux. Cela veut dire : renoncer au débat démocratique sur les réseaux sociaux et donc renoncer en partie au moins à vivre dans une démocratie. Une démocratie qui nous concerne tous et toutes.

Le documentaire à voir gratuitement sur Arte, suivi d’un débat


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de