Sophie Wilmès, une femme belge dans l’histoire


Le 27 mars 2020 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

Sophie Wilmès est la première femme « Premier ministre » de Belgique. Elle est devenue « Première ministre » suite au départ de Charles Michel à la présidence du Conseil européen. Avec la crise du coronavirus, cette première ministre par intérim restera une figure importante dans l’histoire politique de Belgique. Et en Belgique, ce n’est pas courant.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Il y a eu Laurette Onkelinx au Parti socialiste, Joëlle Milquet au Parti social-chrétien puis au CDH CDH Centre démocrate humaniste, anciennement Parti social chrétien (PSC) . Il y a encore Maggy De Block à l’Open VLD Open VLD Open Vlaamse Liberalen en Democraten. En français : Libéraux et démocrates flamands "Ouvert". Pour le dire simplement, c’est la famille libérale, comme le MR côté francophone. … Et après ? Allez, citez d’autres femmes politiques belges importantes ! Pas facile, hein… En Belgique, pas de Ségolène Royal qui a été candidate à la présidence de la République française. En Belgique, pas d’Angela Merkel qui dirige la puissante Allemagne depuis 15 ans. En Belgique, pas de Margaret Thatcher qui est restée célèbre comme la « Dame de fer », Première ministre du Royaume-Uni de 1979 à 1990.

Le malheur de Sophie

Et pourtant… En octobre 2019, une femme devient pour la première fois « Première » ministre de Belgique. C’est Sophie Wilmès, une femme politique libérale francophone. Mais elle est Première ministre d’un gouvernement affaires courantes. Et Première ministre parce que Charles Michel quitte le poste pour devenir président du Conseil européen. Autrement dit, Sophie Wilmès est une Première ministre « par intérim » en attendant un accord pour un « vrai » gouvernement ou peut-être des élections… Avec la crise du coronavirus, Sophie Wilmès va certainement rester dans l’histoire du pays. À quelque chose malheur est bon, disaient nos grands-mères. C’est aussi l’occasion de revenir sur la condition des femmes en Belgique.

Des femmes sans droits

Quand la Belgique naît, les femmes n’y ont pas beaucoup de droits. Elles doivent surtout se consacrer à leur mari, à leurs enfants et à leurs maisons. Quand on met les femmes et jeunes filles au travail, c’est parce que l’on a besoin d’une main-d’œuvre que l’on paie moins. Et quand en 1889, on règlemente un peu les horaires et les conditions de travail des femmes dans les usines, ce n’est pas d’abord pour améliorer la vie des ouvrières. C’est surtout pour que les ouvrières jouent mieux leur rôle d’épouse et de mère. Quand on commence à développer l’éducation pour les filles, c’est surtout pour lutter contre l’influence de l’Église et du curé sur l’esprit des femmes. Et on développe d’abord des écoles
« ménagères ». Quand une crise économique éclate, comme dans les années 1890 ou dans les années 1930, presque tous les responsables politiques, de droite comme de gauche sont d’accord : « les femmes à la maison ! »

Femmes dans les combats

Si on n’en est plus là aujourd’hui, c’est parce que des femmes belges se sont battues modestement sans les manifestations spectaculaires des suffragettes suffragettes Nom donné aux femmes qui se battaient pour avoir le droit de vote. Ce mouvement des femmes a commencé en Grande-Bretagne. de Grande-Bretagne, sans l’héroïsme et le souffle révolutionnaires des Françaises. Mais elles se sont battues sans relâche pour l’égalité. Leur combat n’a pas été accepté tout de suite par les « piliers » de la société belge : syndicats, partis politiques, organisations ouvrières. Pour avancer, les mouvements de femmes ont dû épouser le fonctionnement compliqué et plein de compromis compromis décision prise après une discussion où chacun a abandonné une partie de ce qu’il voulait pour trouver un accord de la société belge. Elles n’ont pas fait de grande révolution, mais elles ont mené un long et patient combat.


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


A l’école, on n’apprend pas assez l’histoire de la colonisation du Congo belge

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2020 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de