Trump jusqu’au bout


Le 13 janvier 2021 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : Lydia Magnoni

Jusqu'au bout, Donald Trump aura voulu être un président tout puissant au-dessus des règles de la démocratie américaine. Jusqu'au bout, Trump aura poussé ses partisans à la violence.

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans le déroulement de ces élections présidentielles, le 6 janvier était une date importante (voir article). C’est le jour où les 538 sénateurs rendent officielle l’élection de Joe Biden à la présidence des Etats-Unis. C’est la dernière étape avant la passation de pouvoir le 20 janvier prochain. Donald Trump avait appelé ses partisans à manifester le 6 janvier à Washington pour s’opposer à cette élection.

Voir aussi notre animation USA, du vote au serment et notre quiz

Fausse fraude

Depuis les élections du 3 novembre 2020, Donald Trump n’a pas cessé de crier à la fraude. Il a continué à affirmer que les élections ont été volées, alors même que tout prouve le contraire. Dimanche 3 janvier, un journal américain le Washington Post a diffusé un enregistrement dans lequel on entend le président Trump, faire pression sur le responsable des élections dans l’ Etat de Géorgie et lui demander de trouver “11.780 voix”. C’est un véritable abus de pouvoir.

PNG - 1.1 Mo

Le discours de trop ?

Le 6 janvier, des dizaines de milliers de personnes manifestaient à Washington, devant le Capitole, le siège du Congrès américain. Et, une fois de plus, Trump a prononcé un discours incendiaire. Il a demandé à ses partisans rassemblés de marcher sur le Capitole. Peu après, des centaines de militants militants personnes qui s’engagent et qui agissent pour défendre une idée, une cause. républicains ont pris d’assaut le Capitole. Ils ont brisé des vitres, forcé les barrages de police. Ils ont pénétré à l’intérieur du bâtiment.

Violences

La séance de vote des sénateurs a été interrompue. Les parlementaires et leurs employés ont été confinés confinés quand on est obligé de rester chez soi et de limiter ses déplacements. . Des militaires de la Garde nationale ont été appelés sur place. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour évacuer les manifestants. Il y a eu des violences, des tirs. Joe Biden, le prochain président démocrate a dénoncé une attaque « sans précédent » contre la démocratie américaine. Il a appelé Donald Trump à réclamer « la fin du siège » du Capitole et à dénoncer cette « insurrection insurrection soulèvement pour renverser le pouvoir  ».

5 morts

Donald Trump a finalement demandé à ses partisans dans une courte vidéo, de « rentrer chez eux ». Dans cette manifestation violente, 5 personnes sont mortes : une manifestante, blessée par balle à l’intérieur du Capitole, 3 manifestants aux alentours du Capitole et un policier. 90 personnes ont été arrêtées. La maire de Washington a décrété un couvre-feu à partir de 18 heures. Une situation inimaginable dans une démocratie.

PNG - 1.3 Mo

Après le coup de force

Ce n’est que le lendemain, en fin de journée, que Donald Trump a condamné les violences. Il a appelé à condamner les coupables alors qu’il les avait poussés à marcher sur le Capitole. Il a aussi promis une transition « sans accrocs ». et a admis « la fin du plus grand premier mandat présidentiel de l’histoire », même s’il est « en total désaccord avec le résultat de l’élection ». Mais contrairement à la tradition, il ne participera pas à la cérémonie d’investiture Investiture acte officiel au cours duquel un parti désigne le candidat qui le représentera lors des élections du nouveau président.

Lire aussi notre article Et le vainqueur est Biden

Trump isolé

Le 3 novembre 2020, Donald Trump, avait obtenu plus de votes qu’aucun autre candidat républicain à une élection présidentielle, en partie grâce à une participation historique. Certes, il a été battu par Joe Biden, mais il était un poids lourd du Parti républicain. Il pouvait même espérer revenir à la Maison Blanche en 2024.
Aujourd’hui, Trump est de plus en plus isolé. Depuis le 6 janvier, beaucoup de membres de son administration ont démissionné et de nombreux républicains l’ont laissé tomber. Cette dernière semaine, Trump a multiplié des actes absurdes d’un homme qui ne veut pas lâcher le pouvoir.

La fin de Trump ?

Après le 20 janvier, Trump devra certainement répondre d’avoir encouragé les violences qui ont fait 5 morts et sali les institutions. Mais aujourd’hui, comme on pouvait lire dans le Wall Street Journal, journal républicain de la finance « cette semaine marque probablement la fin  » de Donald Trump « comme figure politique sérieuse ». « Il serait mieux pour tout le monde, y compris pour lui, qu’il s’en aille tranquillement  ».


Auteur : Lydia Magnoni
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de