Un texte contre les violences conjugales


Le 26 novembre 2020 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven
Auteur : Thierry Verhoeven

Grâce à Internet et aux réseaux sociaux, de plus en plus de femmes battues par leur conjoint connaissent les services d'aide et d'écoute et font appel à eux. Grâce à Internet et aux réseaux sociaux, de plus en plus de femmes victimes de violences conjugales parlent de leur situation. Nous reproduisons ici un témoignage émouvant paru sur Facebook, un texte beau et terrible!

Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Nous reproduisons un message paru sur Facebook qui parle de violences conjugales. En Belgique, il existe un numéro gratuit à appeler en cas de violences conjugales, le 0800 33 800. En Wallonie, un système d’aide et d’alerte vient d’être créé grâce aux pharmacies. Les femmes victimes de violences conjugales peuvent s’adresser à un pharmacien qui fera le relais vers des services spécialisés.
JPEG - 65.8 ko
Do Riane
Contre la violence conjugale, faites passez ce texte

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui... Ce n’était pas mon anniversaire ni un autre jour spécial. Nous avons eu notre première dispute hier dans la nuit et il m’a dit beaucoup de choses cruelles qui m’ont vraiment blessée. Je sais qu’il est...... désolé et qu’il n’a pas voulu dire les choses qu’il a dites parce qu’il m’a envoyé... des fleurs aujourd’hui...
J’ai reçu des fleurs aujourd’hui. Ce n’était pas notre anniversaire ni un autre jour spécial. Hier, dans la nuit, il m’a poussé contre un mur et a commencé à m’étrangler. Ça ressemblait à un cauchemar, je ne pouvais croire que c’était réel. Je me suis réveillée ce matin le corps douloureux et meurtri. Je sais qu’il doit être désolé parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.
J’ai reçu des fleurs aujourd’hui. Et ce n’était pas la fête des mères ni un autre jour spécial. Hier, dans la nuit, il m’a de nouveau battue, c’était beaucoup plus violent que les autres fois. Si je le quitte, que deviendrais-je ? Comment prendre soin de mes enfants ? Et les problèmes financiers ? J’ai peur de lui mais je suis effrayée de partir. Mais je sais qu’il doit être désolé parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.
J’ai reçu des fleurs aujourd’hui. Aujourd’hui c’était un jour très spécial, c’était le jour de mes funérailles. Hier dans la nuit, il m’a finalement tué. Il m’a battu à mort."

Contre la Violence conjugale, faites passer ce texte


Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Pour vous internet, c’est plutôt

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la pandémie c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2021 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de