L’Essentiel, pas un long fleuve tranquille


 Cahiers >  L’Essentiel, un pied dans la trentaine >  L’Essentiel, début de l’histoire Le 21 novembre 2022 | Mise en ligne : Lydia Magnoni
Auteur : joelle

L’histoire de L’Essentiel dure depuis plus de trente ans et c’est peu dire qu’elle fut chahutée. Mais au fil du temps et des combats, la persévérance et la combativité ont pris le pas sur les difficultés et, aujourd’hui {L’Essentiel} est un outil reconnu.


L’Essentiel est né grâce à une convention entre l’Education permanente et Lire et Ecrire Communauté française suite au constat qu’il n’existait à l’époque aucun journal adapté à des adultes peu lecteurs. La FUNOC FUNOC Formation pour l’université ouverte de Charleroi est un des membres fondateurs de Lire et Ecrire : elle assume dès le début la mise en œuvre du projet. Et en septembre 1990, année internationale de l’alphabétisation alphabétisation enseignement des bases de la lecture, de l’écriture, des mathématiques , la FUNOC édite le premier numéro du journal. Son nom ? L’Essentiel, avec en sous-titre : l’actualité simple comme bonjour. La FUNOC réalise le journal et Lire et Ecrire assure la gestion financière et les abonnements.

Valoriser une expertise en français facile

Mais éditer un vrai journal sur papier, cela coûte cher. Or, en 1990, le seul subside récurrent pour la réalisation de L’Essentiel est la Convention Education permanente sous la tutelle de Lire et Ecrire. Dès le début, la FUNOC compense l’insuffisance des ressources en recherchant des subsides complémentaires auprès de divers organismes. L’Essentiel développe en effet un savoir-faire unique : rendre accessibles des réalités complexes en les traduisant en français facile. Il va mettre ce savoir- faire au service de plusieurs organismes et institutions.

PNG - 2 Mo

C’est ainsi que L’Essentiel a, dès 1993, traduit en français facile le Projet de Ville de Charleroi . Plus tard, il a mené un projet en collaboration avec les CPAS CPAS Centre public d’action sociale pour rendre lisibles les outils de communication officielle en direction des bénéficiaires du revenu d’insertion. Plus tard encore, il réalise un travail
de simplification de courriers et de documents pour le FOREM dans le cadre du plan d’accompagnement
des chômeurs, et traduira en français facile des courriers et documents pour les mutualités et d’autres organismes officiels.... Il assure aussi pour d’autres, des formations et des animations, autour de
la lisibilité, ou autour de l’utilisation d’un journal et d’un site.
Il obtient aussi pour développer ses pages et ses contenus, des moyens ponctuels. Citons les pages Energie, éditées pendant une dizaine de numéros en collaboration avec le centre de médiation de dettes du CPAS de Charleroi.

Développer des projets en partenariat

L’Essentiel obtient aussi de 1995 à 1997, un subside européen grâce auquel
il développe ses pages Europe. En 1998, il développe des pages sociales en convention avec le Ministère de l’Intégration sociale.
Entre 1999 et 2001, L’Essentiel édite sur papier et en ligne ses Cahiers européens grâce à plusieurs subventions Socrates. C’est l’ébauche de sa version numérique. L’Essentiel n’édite alors qu’une partie de ses contenus sur le net.
En 2000, Lire et Ecrire doit choisir entre l’axe recherches et l’axe pédagogique pour s’inscrire dans le décret Education permanente. C’est ainsi que la subvention Education permanente dont bénéficiait L’Essentiel sous la tutelle de Lire et Ecrire prend fin. Cette perte sera compensée pendant 7 ans, par plusieurs subsides européens.
En effet, entre 2000 et 2007, L’Essentiel édite des pages Réflexe-Egalité grâce aux subventions conjointes du ministère de l’Egalité des Chances et du Fonds Social Européen dans les objectifs 1 et 3.
Grâce à cette intervention conjointe de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du Fonds social européen, la situation budgétaire du journal s’est notablement améliorée, mais en 2007, suite à l’élargissement de l’Union européenne, le Fonds social européen réoriente ses priorités et L’Essentiel perd
sa subvention européenne. Il obtient toutefois une subvention européenne Socrates pour un projet partenarial européen en 2008.

Incertitudes sur l’avenir

Après ce projet, commence une période de grande incertitude pour L’Essentiel. Pour pouvoir continuer ses activités, L’Essentiel et la FUNOC mènent des recherches de financement auprès
de plusieurs ministères de la Région Wallonne et de la Fédération Wallonie- Bruxelles. L’Essentiel a ainsi pu obtenir des aides ponctuelles auprès des cabinets Tillieux et Furlan ainsi que de Paul Magnette, puis de Jean-Marc Nollet pour éditer plusieurs cahiers consacrés au développement durable. Les démarches menées n’ont pas toutes abouti mais elles ont permis de faire connaître encore plus largement le journal auprès des politiques.
A ses débuts jusqu’en 2007, L’Essentiel était un journal mensuel d’actualité publié sur papier puis aussi sur internet à partir de 2001. Suite à la perte des subsides du FSE et malgré de nombreuses démarches, L’Essentiel n’a pas pu trouver de financements suffisants pour poursuivre l’ensemble de ses activités.
C’est ainsi qu’à partir de septembre 2009, L’Essentiel a abandonné sa forme imprimée et s’est recentré sur la version électronique du journal. Cela a permis de réduire le budget pour maintenir le cœur des activités d’un outil pédagogique largement utilisé dans le secteur de la formation des peu qualifiés.

Vers une reconnaissance de l’Education permanente

Suite à plusieurs conseils divers glanés au cours des démarches de recherche, L’Essentiel sollicite l’Education permanente. En 2010 et 2011, plusieurs rencontres exploratoires sont organisées pour préparer une demande de reconnaissance de L’Essentiel à l’Education Permanente.

En 2011 et 2012, L’Essentiel adapte la forme du site et les activités liées à celui- ci aux exigences du décret Education permanente. Ces changements visent avant tout à rendre plus visibles des activités qui étaient déjà menées. L’Essentiel va systématiser les réalisations, développer davantage l’accompagnement pédagogique et l’appropriation du journal par les stagiaires en les rendant plus visibles et plus accessibles sur le site.
L’Essentiel développe aussi des aspects partenariaux et réalise des informations dans différentes fédérations.
En mars 2013, L’Essentiel est fin prêt et la FUNOC introduit une demande de reconnaissance en Education Permanente. Et en 2014, L’Essentiel obtient une première reconnaissance provisoire de
la Fédération Wallonie-Bruxelles pour deux ans. Puis, suite au dépôt d’un plan d’actions pluriannuel, la reconnaissance dont L’Essentiel bénéficie comme outil pédagogique d’Education Permanente
est prolongée. L’Essentiel entre en contrat- programme pour une durée de 5 ans
à partir du 1er janvier 2017. Suite à la pandémie pandémie une grande épidémie qui touche beaucoup de pays et une partie importante de la population mondiale. , cette période a été prolongée jusque fin 2023. Et en juin 2022, L’Essentiel a déposé en même temps que son rapport annuel d’activités un rapport général d’exécution et un plan quinquennal pour la période de 2024 à 2028.

Pérenniser l’outil

La reconnaissance de l’Essentiel par l’Education permanente de la Fédération Wallonie-Bruxelles a permis de pérenniser l’outil, seul journal qui s’adresse spécifiquement aux adultes peu qualifiés en Fédération Wallonie-Bruxelles avec des contenus et un langage adapté. Dans le cadre de cette reconnaissance, L’Essentiel publie chaque année sur son site au moins 7 cahiers thématiques accompagnés de prolongements pédagogiques divers : fiches pédagogiques, sondages, forum, cartes, vidéos, quizz en ligne...
Comme 30 ans c’est encore la jeunesse, espérons que l’avenir et les combats
de L’Essentiel permettront de lui assurer pérennité au service des peu qualifiés car informer c’est donner le pouvoir d’agir.


Auteur : joelle

Dans la même rubrique

Préface
Préface
Le 21 novembre 2022
On connaît tous l’expression : aller à l’essentiel. Depuis plus de 30 ans le Journal L’Essentiel...
L’Essentiel, journalessentiel.be, en 26 lettres
L’Essentiel, journalessentiel.be, en 26 lettres
Le 21 novembre 2022
A comme Actualité Depuis toujours L’Essentiel a pour but de faire comprendre ce qui se passe...
L’Essentiel, d’un 8 septembre à l’autre
L’Essentiel, d’un 8 septembre à l’autre
Le 21 novembre 2022
8 septembre 1990 La FUNOC publie le premier numéro de L’Essentiel. A la Une, la guerre en Irak...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Il faut bloquer le prix des loyers

Clôture du précédent sondage "Pour vous, la Belgique, c’est avant tout", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2023 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de