Posté dans : En Belgique, divorcer ne sera bientôt plus une faute

26 février 2007, 00:00
Article : En Belgique, divorcer ne sera bientôt plus une faute 17 octobre 2007 03:07, par Maresol

Lorsque j’ai quitté mon épouse, c’était parce que je ne supportais plus de voir ma fille se mettre les mains sur les oreilles afin de ne pas entendre les écriminations de celle que j’aimais à chacuns de mes retours de mer ; Et pourtant, si je l’avais prise la mer, c’était pour subvenir à nos besoins. Soit, après trois années de réflexion, après de nombreuses fois où elle me disais :"si tu n’est pas bien ici, fais ton sac et vas-t’en". Un 2 janvier, c’est ce que j’ai fait. Il y a 8 ans. Depuis, je suis reparti en négatif (dettes familiales, frais de divorce, et racheter le minimum vital) tout en étant un travailleur actif, mais sans toit. Une amie m’a offert l’hospitalité hospitalité le fait d’accueillir quelqu’un sous son toit. Plus généralement, le fait de faire un bon accueil à quelqu’un qui nous est étranger. . Ceci a été la cause par laquelle j’ai été confondu en adultère ; ce que je ne pouvais nier puisque je vivais sous son toit et que par ailleurs nous ne niions point. Toujours est-il, que depuis, je n’ai jamais cessé de verser à mon ex-épouse son dû ainsi que la part contributive pour ma fille. Et, c’est réconfortant, aujourd’hui, d’être capable de la faire.
Depuis, cette amie m’a demandé après un an et demi de vie "commune" de canger d’adresse pour raisons financière (elle était veuve à cyharge d’enfants). Ce que j’ai fait.
J’ai alors vécu, d’une "boîte aux lettes, à un petit studio, à un petit appartement décent où je pouvais accueillir ma fille en visite. Avec beaucoup de difficultés financières (retenues sur traitement, etc.) Depuis un peu plus de deux ans, cette situation précaire précaire fragile, qui n’est pas sûr, pas stable s’est fort améliorée grâce à la rencontre et surtout avec la vie avec une personne que j’aime profondément. Toutefois, aujourd’hui, elle se plaint des "résidus" de ce divorce ; soit les charges qui m’incombent aujourd’hui pour une personne : mon ex-épouse, qui a toujours travaillé "au noir" sans que je sois de mesure de pouvoir le prouver même après en avoir avertit le Ministère des Finances et du Contrôle.
Je me demande, combien de temps, dois-je encore payer, une personne que j’ai aimé, alors que j’ai recouvré toutes nos dettes communes ainsi que celles inhérentes aux procédures de divorce. Selon un avocat, cette nouvelle loi ne serait d’application que pour les "nouveaux divorces", est-ce exact ? Comment puis-je prouver et démontrer, "l’éventuelle" remise en ménage et nouvelle situation de ménage pour une ex-épouse habitant à 200 km de chez moi ?
Je ne suis, financièrement parlant, pas en mesure d’offir à l’être aimé, ni la domiciliation légale, ni le mariage sans lui causer préjudice. C’est très dommage et très triste. Je voudrais pourtant tant lui donner à elle ainsi qu’à ma fille, et à 52 ans, je ne sais trop leur assurer pour leur avenir.
Il est cependant important, dans une vie de couple, et de surcroît familiale, avenir et sécurité. Et cela, je ne le puis pas. Que peux alors, concrètement m’apporter cette nouvelle loi ? Une lueur d’espoir ?

Répondre au commentaire ci-dessus


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


A l’école, on n’apprend pas assez l’histoire de la colonisation du Congo belge

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2020 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de